Tim au coeur d’or d’Olivia Quetier : Ze coup de coeur de cette année 2018

Tim au coeur d’or d’Olivia Quetier : Ze coup de coeur de cette année 2018Tim au coeur d'or par Olivia Quetier
Publié par Le lys bleu le 16 mai 2018
Genre: Litterature française
Pages: 284
Format: Livre papier
Lu par : Ciena
four-stars
Amazon

Timothé vit en Lozère. Sa mère est alcoolique, son père un homme simple et bourru. Il veut devenir artiste peintre. Il met tout en acte pour tout quitter. Mais il est ramené sans cesse à cette mère qu'il s'imagine pouvoir sauver. Timothé vit ses années de lycée dans la peur que sa mère ne sombre dans la dépression. Cependant, ses amitiés et sa passion du dessin le maintiennent debout. Nous le retrouvons 17 ans plus tard. Il peine à trouver sa place dans le milieu de l'art dont il ne supporte pas les codes. Pourra-t-il faire éditer sa bande dessinée « Tim au coeur d'or » ? Il est marié, vit à Paris avec un enfant. Sa femme consomme beaucoup de drogues et Timothé se retrouve à nouveau confronté à l'addiction. Il comprendra qu'il doit prendre des distances avec la destructivité qui touche ses proches pour pouvoir avancer. Durant les vingt années que traverse le roman, il cherchera à se dégager de cette place assignée par les liens familiaux.

Bonjour à tous.

Alors cette rentrée, ces têtes blondes et ses problèmes ? Bien j’espère ? Je n’en doute pas mais malheureusement ce n’est peut-être pas le cas pour tout le monde.

Des familles avec des adolescents « difficiles » ou malheureux, c’est triste à dire, il y en a tellement.
Des fois, cependant, certains de ces enfants « tombent » sur des personnes aidantes et là ça change tout.  Continuer la lecture

L’expérience Cendrillon de Sébastien Fritsch : Loin du conte de fée

J'ai reçu ce livre gratuitement par l'éditeur en échange de mon opinion honnête et sincère. Pour plus d'information voir la page "Conditions d'utilisation".

L’expérience Cendrillon de Sébastien Fritsch : Loin du conte de féeL'expérience Cendrillon par Sebastien Fritsch
Publié par Fin mars début avril le 24 octobre 2017
Genre: Thriller
Pages: 368
Format: Livre papier
Lu par : Audrey
five-stars
Amazon

Fuir : Milica n’a pas d’alternative. Parce que son mari est mort, dans sa maison réduite en cendres. Parce qu’elle ne sait ni qui l’a rendue veuve ni qui pourrait lui venir en aide. Parce que dans chaque ville qu’elle traverse, d’un bout à l’autre de l’Europe, de nouvelles questions se lèvent et de nouveaux cadavres tombent.
Alors, elle continue. Sans savoir si sa course la rapproche de la délivrance ou de sa propre fin.

Ce livre fut une véritable claque. A peine commencé, j’ai eu du mal à le lâcher. Un roman policier si prenant et si réaliste que l’on vit pleinement l’histoire avec les personnages.  Continuer la lecture

La fête de la laine : où le mouton n’est pas celui qu’on pense…

Après quelques jours en Tunisie, Xavier et moi avions appris quelques trucs.

Entre autres :

  • qu’il faut absolument exiger du taxi qu’il mette le compteur en route dès le début de la course ET suivre celle-ci au GPS au risque de payer 5 à 10 fois le prix normal.
  • que si les marchands ambulants sont des voleurs, les magasins qui ont pignon sur rue peuvent être bien pires et qu’on peut acheter le même sandwich quatre ou cinq fois moins cher en évitant de le prendre au même endroit que les touristes.
  • que contrairement à ce qu’on croît, le souk coûte encore plus cher qu’ailleurs.
  • et qu’enfin, malgré ce qu’en dit « le guide du routard », négocier ne vous permet pas de mieux vous en sortir car les marchands ont prévu, bien à l’avance d’augmenter le prix d’environ 500%, ce qui fait qu’après une heure de négociation vous repartez avec un objet ….. qui coûte le prix normal en magasin.

Mais il y a une erreur qu’on a commise et, vu qu’elle est très peu connue des touristes, j’ai eu envie de vous en parler ici : faire confiance aux guides touristiques. Continuer la lecture

L’Utopie NanoTotal de Vincent Ferrique : Etre ou ne pas être

L’Utopie NanoTotal de Vincent Ferrique : Etre ou ne pas êtreL'Utopie nanototal Publié par Auto-édité le 20/11/2017
Genre: Science Fiction
Pages: 261
Format: Livre papier
Lu par : Aurore
four-stars
Amazon

Dans un futur proche, les peuples ne s’entredéchirent plus. Les famines sont reléguées aux oubliettes de l’histoire, ainsi que le chômage, la maladie ou la misère. Sous la houlette des puissants de ce monde, NanoTotal, une archi-société de haute technologie, a réalisé l’impensable : pacifier la Terre. Mais quel prix a payé l’humanité pour cette utopie ? Un jeune homme qui échappe à l’emprise de NanoTotal le découvrira, bien malgré lui…
En bonus : "L'infernale fratrie", une courte nouvelle primée.

Après la lecture de ce livre, je me suis posée cette question : que serions-nous prêts à accepter pour mettre un terme à toutes les misères de ce monde ? Si on vous dit que l’on a trouvé LA solution pour qu’il n’y ait plus jamais de guerre, de faim, de maladie, et que la seule contre-partie est de renoncer à votre libre-arbitre, tout en sachant que vous ne vous en rendrez même pas compte et que plus personne ne manquera de rien. Continuer la lecture

Tous les levers du soleil livre 3 de Luce Kohlmann : LNF

Tous les levers du soleil livre 3 de Luce Kohlmann : LNFTous les levers du soleil par Luce Kolhmann
Series: #3
Publié par Auto-édité Genre: Romance
Pages: 673
Format: Ebook
Lu par : Flo
dnf
Amazon

Elle était là sa princesse. Elle était là, sans vie, gisant dans une mare de sang que les draps autrefois immaculés retenaient maintenant et gardaient comme s'ils étaient eux-mêmes un socle, un piédestal, une étendue de couleur frappante, rien que pour elle, pour qu'elle puisse y reposer pour l'éternité.

NDLR : Après avoir, avec beaucoup de courage et de détermination, lu et critiqué les livres 1 et 2, notre plumette Flo déclare forfait…

C’est une grande première pour moi mais je n’ai pu finir ce roman. Après avoir lu 2 304 pages en tout pour les trois tomes, je n’ai pas réussi à continuer. Je me suis arrêtée à la moitié de ce troisième tome… Vais-je le regretter ? Peut-être mais je ne pouvais m’infliger une torture supplémentaire. Oui, je parle bien de torture… Un récit long, trop long. Entre un manque d’action, des « scènes » répétitives, une description longue et ennuyeuse… je ne pouvais plus. Je n’étais plus attachée à ses personnages qui me plaisaient tant. Je ne retrouvais plus ce qui m’avait fait vibrer. Après le tome 2 et sa fin bien émouvante, je pense qu’il ne fallait pas continuer. Il n’y a plus cette magie, ce suspense qui nous tient dans le roman.

Française ?

Le lendemain de notre arrivée, on courait, prêts à bronzer pour trouver…une plage quasi déserte et une eau aussi froide que possible.

Bref on était seuls et un peu déçus. Les touristes ne semblaient pas être encore arrivés et le soleil ne voyait donc pas l’intérêt de se présenter non plus.

Seuls ? Non pas vraiment. Attirés par l’odeur des nouveaux venus, les marchands ambulants nous remarquèrent tout de suite et se précipitèrent sur nous comme une nuée de moustiques (je peux vous assurer que c’est à la limite du violent quand on n’est pas habitué).

En général ça se passe toujours comme ça :

« Français ? »

« Oui »

« Photos ? »

« Non »

« Allez photo. Gratuit ! » (et j’insiste et je m’incruste et je t’arrache l’appareil photo des mains …)

….

« Tu veux des oranges ? Pas cher. »

« Non »

« Si tiens voilà prends ! » (et je te mets les oranges de force dans le sac de plage qui se rempli de sable par la même occasion »

« Non je ne veux pas  »

« Si pour enfants. Moi enfants. Toi enfants ? Moi faim. Toi gentil français » (Tu donnes un dinar pour qu’il te foute la paix)

«  Non 25 dinars » (pour trois oranges qui en valent 5 au marché du coin)

« Ça va pas non  ! Je n’ai pas 25 dinars ! »

« Allez 20 »

« Non, reprend tes oranges »

« Allez 15 »

« Non j’ai dit  ! »

Le téléphone du fameux marchand sonne et sans te lâcher pour autant, tout en te bloquant l’accès à la mer et à sa vue, il se met à parler avec je ne sais qui de sa famille.

« Allez 10 et je te donne 2 de plus »

« Et merde, tiens voilà 5 dinars pour tes trois oranges et fiche-moi la paix. (le marchand part en grommelant qu’on n’est pas polis, pas gentils etc…) »

Cinq minutes après ce sera le vendeur de cacahuètes, de serviettes de bain, cigarettes, bijoux en toc…

Bref, dégoûtée je rentre à l’hôtel et là je me fais accoster par le propriétaire de la boutique de cadeaux de l’hôtel.

« Bonjour, française ? »

« Ah non hein ! Ça suffit ! »

Xavier tente de me calmer et explique au marchand notre mésaventure. Celui-ci prend un air désolé.

« Oui je sais ils sont pénibles avec les touristes. Ils cherchent toujours à les voler. C’est pas comme ça qu’ils vont les faire revenir ! Ecoutez, si vous avez besoin de quelque chose ne prenez rien dehors, ils vous voleront. Venez chez moi et je négocierai pour vous ».

« Ok c’est gentil ».

En traversant le couloir pour atteindre notre chambre on passe devant le SPA de l’hôtel

« Bonjour, Ça ne vous dit pas un massage ? »

« Plus tard »

« D’accord à plus tard »

Pendant trois jours il nous faudra faire preuve d’ingénuité et d’une grande connaissance du plan de l’hôtel pour éviter de passer devant. Autrement l’esthéticienne nous harcelera en prenant une voix plaintive

« Pourquoi vous ne venez pas ? »

« Plus tard »

« Oui mais quand plus tard ?  Allez on prend rendez-vous ? »

« Ok je passerai dans la semaine »

« Vous payez tout de suite d’abord et puis on fixe un rendez-vous »

« Non plus tard »

« Bon je vous attend »….

Allez ! Un petit verre au bar pour se remettre. On n’est pas assis qu’un type se présente avec un catalogue :

« Français ? »

Je me tais pour éviter de devenir violente et Xavier explose de rire

« Excursion avec un chameau, bateau pirate, quad ? »

Là je me dis que si je lui réponds que je ne suis pas intéressée, en arabe, il me prendra pour une fille du pays et me foutra la paix.

Effectivement il m’écoute étonné et quand j’ai fini, il me sourit et me répond :

« Ah ! française ! »

Xavier, mort de rire, prend des notes.

Anguilles démoniaques de Yû Takada : Le Stephen King japonais

Ce livre pourrait ne pas être adapté à un jeune public compte tenu de l'usage de contenu à caractère sexuel, usage de drogue et d'alcool et/ou de violence.
Anguilles démoniaques de Yû Takada : Le Stephen King japonaisYu Takada par Yû Takada
Publié par Editions de Saxus le 7 juin 2018
Genre: Horreur, Thriller
Pages: 347
Format: Livre papier
Lu par : Ciena
four-stars
Amazon

Une descente aux enfers sans concession dans les bas-fonds de Tokyo.
Masaru est un gentil garçon qui s'est endetté jusqu'au cou. Incapable de rembourser ce qu'il doit, il se retrouve à travailler pour un usurier peu scrupuleux. Affublé comme une brute épaisse, il va plonger dans un monde empli de violence et de perversité : recouvrements bestiaux, prostitution de mineures , transports de marchandises illicites.
Un jour, on lui demande de livrer un conteneur dans un bassin d'élevage d'anguilles. Des alentours sombres et pauvres aux employés tout droit sortis d'un mauvais rêve, l'endroit fascine Masaru. Et plus que tout, il se demande ce que contient ce conteneur.
La curiosité est un vilain défaut, et il va vite en faire les frais...

Lorsque j’ai reçu ce livre, il était clairement indiqué que c’était un polar.

Heureusement pour moi, l’éditeur s’était trompé de genre.

Anguilles démoniaques n’est pas un polar. Vous n’y trouverez rien d’une enquête policière. Continuer la lecture

La librairie Al Kitab : coin des amoureux de lecture depuis 1967

Comme je vous l’ai dit dans un précédent article, lorsque j’étais enfant je partais en Tunisie tous les étés et, à chaque fois la même question cruciale se posait : quels vêtements enlever en douce de la valise familiale pour y pouvoir caser le plus de livres possible ? Jamais assez bien sûr ! De ce fait au bout de quinze jours de vacances, au mieux, ma brave grand-mère m’emmenait à la librairie Al-Kitab, sachant que c’était le meilleur endroit pour y trouver des livres en français.

25 ans après mon dernier voyage en Tunisie, si le pays a changé, la librairie, elle, à mon grand étonnement, était encore là.

Alors j’ai eu une petite idée : et si j’allais interviewer le responsable ? Parler avec lui de la Tunisie, de la littérature du pays  et tout et tout ?

J’envois donc un petit mail timide et là je suis immédiatement contactée par sa dirigeante, Selma Jabbes. Rendez-vous pris, je me rends à la librairie du centre-ville (il y e a une autre en proche banlieue)

Pour être honnête, dans ma mémoire, elle était beaucoup plus petite ! Selma (qui m’accueille très chaleureusement dans son bureau avec une boisson fraîche) m’apprend alors qu’elle fait 250 m² et a en rayon 10 000 livres (elle m’expliquera en riant que la quantité de livre qui n’est pas en rayon pour différente raison est largement plus importante).

Une autre chose qui m’a beaucoup intriguée est que deux heures avant, j’étais à l’autre bout de la ville à discuter électronique avec un ingénieur. Je prends congé de ce monsieur en lui disant que j’ai rendez-vous à la librairie Al Kitab. « Ah me répond-il, si vous y allez, vous allez trouver un clien, un grand homme habillé en orange avec pleins de tatouages, saluez-le de ma part ! ». Arrivée sur place, je flâne dans les rayons avant d’entamer mon interview et je vois tout de suite la personne en question, je l’aborde au moins aussi surprise que lui de l’y avoir trouvé et lui passe le message.

Plus tard je demanderai à Selma si c’est un employé. « Ah non, me dira t’elle c’est un habitué, un de nos très grands lecteurs. Il est quasiment toujours ici ».

Il faut dire aussi que la librairie Al Kitab est une institution à Tunis. Ouverte en 1967 par la première femme librairie dans le monde arabe, Lilia Kabadou, elle a été ensuite reprise par Selma qui est en fait sa fille (ça je l’ai appris plus tard parce que Selma, qui est la modestie faite femme, ne m’en parlera pas).

Il faut aussi dire que si vous aimez les livre c’est un endroit un peu magique.

Il y en a pour tous les goûts et toutes les langues : arabe, français, anglais, j’ai même cru voir de l’espagnol.

Il y a aussi, bien sûr, tous les genres du manga au beau livre en passant même par le scolaire.

Après avoir fait le tour des rayons, j’entame donc mon interview dont voici, à peu de choses près le contenu :

 « Bonjour Selma et merci de m’avoir reçue ».

« Il n’y a vraiment pas de quoi. Une librairie n’est pas seulement un lieu où on vend des livres mais aussi où on s’ouvre sur le monde donc merci à vous de nous le permettre ».

« Selma, comment publie t’on un livre en Tunisie ? »

« Et bien en général il y a deux possibilités : soit on passe par un éditeur de façon tout à fait classique, soit on prend son courage à deux mains et on se présente aux librairies. »

« Vous voulez dire qu’en Tunisie l’autoédition est une pratique courante ? »

« Oui plutôt, d’autant que le métier de distributeur n’existe pas en Tunisie. Ce sont les éditeurs et les auteurs qui distribuent leurs livres ».

« Pour une question de coût ? »

« Je suppose mais c’est dommage »

« Parlant des éditeurs, est-il aussi difficile en Tunisie de se faire éditer qu’en France ? »

« Et bien en fait d’un côté la Tunisie étant un pays plus petit, il y a bien sûr moins d’écrivains à publier. D’un autre côté on tient beaucoup à ne pas publier « à la chaîne », enfin les moyens financiers ne sont pas aussi importants qu’en France et le lectorat est différent »

Concernant les autoédités. Sont-ils nombreux et souffrent-ils du monopoles des éditeurs ?

« Nombreux non et je ne crois pas qu’ils souffrent du monopole des éditeurs. Comme il y a moins d’auteurs tunisiens, du moins dans la catégorie des romans, c’est surtout le manque d’objectivité par rapport à son talent et au marché du livre qui rend la vie d’un auteur autoédité difficile »

« Est-ce que les tunisiens lisent beaucoup ? »

« Honnêtement, en général non. Ce n’est pas de leur faute mais notre système éducatif ne privilégient pas vraiment le goût de la littérature. Le second problème est l’utilisation des médias. »

« Comment ça ? »

Et bien dans notre pays, les jeunes sont friands de séries américaines, de « netflix », de « youtube ». Il cherchent du coup les mangas ou les poches de leur série préférée. Or les livres tunisiens et français coûtent chers. Les américains, eux, ont appris à casser leurs prix. De ce fait lorsqu’un jeune lit, ça sera de la BD, des livres sur les loups-garous et les vampires etc… Le tout en anglais.

« En anglais ?? »

Et oui. Vous savez la Tunisie est un pays francophone et francophile par nature. Les enfants ici apprennent le français dès le CE1. Mais voilà, avec les lois françaises concernant le livre, l’euro, le dinar qui chute etc… les livres français sont vraiment hors de prix pour les familles. Les livres américains ne coûtent presque rien à côté mais j’ai pu constater quelque chose de très surprenant…

« Qu’est-ce que c’est ? »

Et bien lorsqu’un lire en anglais sort, il est traduit en français, bien sûr, mais au moins six mois après ! Je m’en suis aperçue dès la sortie du quatrième tome des « Harry Potter ». Vous vous doutez bien que les enfants ne veulent pas attendre ! Alors ils lisent en anglais et délaissent non seulement les beaux classiques mais le français et l’arabe au profit de l’anglais.

Et quand ils lisent, qu’est-ce que les tunisiens préfèrent ?

Honnêtement les tunisiens ont toujours plus été des chercheurs et des scientifiques que des  romanciers. De ce fait nous avons beaucoup d’essais et beaucoup moins de romans par exemple mais nous avons quelques bons auteurs aussi. D’ailleurs je vous confie ces livres, j’espère qu’ils vous plairont. NDLR : chroniques en cours

« Si nous, en France, souhaitons découvrir les auteurs tunisiens, comment faire ? »

Vous pouvez accéder à notre catalogue en ligne ici et bien sûr commander en ligne depuis la France ! Mais je serais ravie de vous accueillir sur place aussi ! N’hésitez pas à vous faire connaître. On adore discuter avec les lecteurs !

Voilà les amis. Si vous passez par Tunis ou la Marsa, la librairie Al Kitab vous attend et pour vous mettre l’eau à la bouche, nous avons pris quelques photos.

                               

 

Très bientôt, vous retrouverez aussi livres qui Selma m’a très gentiment confiés.

Pour plus d’information :

Librairie Al Kitab

43, Av Habib Bourguiba – 1000 Tunis / 14, Av de L’Indépendance 2070 La Marsa

www.librairie-alkitab.com
contact@alkitab.com.tn