L’hiver à Sokcho de Elisa Shua Dusapin : un livre qui nous a laissé aussi froid que le titre

L’hiver à Sokcho de Elisa Shua Dusapin : un livre qui nous a laissé aussi froid que le titreHiver à Sokcho par Elisa Shua Dusapin
Publié par Zoe le 18 août 2016
Genre: Litterature française, Litterature francophone
Pages: 144
Format: Ebook
Lu par : Marie
two-stars
Amazon

Présentation de l'éditeur :
A Sokcho, petite ville portuaire proche de la Corée du Nord, une jeune Franco-coréenne qui n'est jamais allée en Europe rencontre un auteur de bande dessinée venu chercher l'inspiration depuis sa Normandie natale. C'est l'hiver, le froid ralentit tout, les poissons peuvent être venimeux, les corps douloureux, les malentendus suspendus, et l'encre coule sur le papier, implacable : un lien fragile se noue entre ces deux êtres aux cultures si différentes. Ce roman délicat comme la neige sur l'écume transporte le lecteur dans un univers d'une richesse et d'une originalité rares, à l'atmosphère puissante.

Née en 1992 d'un père français et d'une mère sud-coréenne, Elisa Shua Dusapin est diplômée de l'Institut littéraire suisse de Bienne. Hiver à Sokcho est son premier roman.

J’avoue que généralement je me méfie des livres ayant des critiques élogieuses dans la presse ou sur internet… Je suis finalement souvent déçue par la lecture car le roman n’est pas à la hauteur des attentes créées par les critiques. Les critiques ayant tendance à mettre mon esprit en appétit d’une lecture devant ensuite se révéler exceptionnelle.
Cette fois-ci n’a pas fait mentir les habitudes… Ce livre raconte l’histoire d’une jeune franco-coréenne qui fait la rencontre d’un Français dessinateur de BD à la recherche d’inspiration pour son dernier tome. On sent la fin arriver depuis le départ (au final pas si longtemps… le livre faisant 145 pages dont un paquet de blanches dans la version numérique).
La lecture rapide, le texte bien écrit, l’enchaînement de multiples scènes du quotidien (parfois insignifiantes), les chapitres extra courts ont tendance à faire tourner les pages facilement… Ce qui fait qu’en une grosse heure et demie de lecture (moyennement attentive), j’ai fait le tour de ce roman.
L’exotisme d’une histoire d’amour en Corée du Sud, proche de la frontière avec la Corée du Nord aurait pu donner un très bon livre. Malheureusement le manque chronique d’action tout au long des 140 pages laisse l’impression qu’il ne s’y passe absolument rien. L’ensemble est d’une platitude ennuyante. La narration par l’héroïne donne un peu de relief au récit mais elle ne rentre pas dans les détails ou dans les émotions. Je n’ai pas réussi à m’identifier à l’héroïne, ni même ressentie une forme d’empathie pour elle ou pour son histoire. J’en garde l’impression d’avoir été spectatrice de son histoire alors qu’un bon livre doit vous faire vivre l’histoire.
Pour tirer un bilan, j’ai trouvé ce livre globalement moyen. Je n’ai pas été touchée par son histoire (mais certains le seront surement !) bien que celle-ci soit très bien écrite. Ayant apprécié l’écriture de cette auteure, j’essayerai de lire son prochain roman pour pouvoir me faire un vrai avis sur elle.
Gros bémol : L’édition ebook envoyée en PDF avec une mise en page affreusement désagréable sur liseuse (texte centré en milieu de page, à zoomer sans cesse) et dont les tentatives de conversion n’ont donné des résultats encore moins lisibles. (NDLR malgré plusieurs emails à l’éditeur et deux éditions de pdf plus ebook)

Originalité : * l’originalité vient du lieu, l’histoire reste très classique
Personnage : trop superficiel, ne rentre pas assez dans les personnages
Ecriture : * bien écrit, agréable à lire
Couverture : ebook
Recommandé : non, encore plus quand je vois le prix de l’édition papier.

Leave a Reply