Charlie, 17 ans de Nina Frey : la vérité sort de la bouche des enfants

Charlie, 17 ans de Nina Frey : la vérité sort de la bouche des enfantsCharlie, 17 ans par Nina Frey
Publié par Amazon le 2016
Genre: Jeunesse, Litterature française
Pages: 176
Format: Livre papier
Lu par : Ciena
five-stars
Amazon

Présentation de l'éditeur

« Je m'appelle Charlie. Oui. Je sais ce que vous vous dites. Exactement comme les 66 millions de français, et le bon milliard de nos soutiens à l'International. Je m'appelle Charlie, sauf que moi c'est pour de vrai. »

Charlie Legendre, a 17 ans. Elle n'a jamais compris pourquoi ses parents l'avaient appelée Charlie. Sauf que le 7 janvier 2015, son prénom se fait l'écho du drame qui vient de se produire. Sami Bensouda a 17 ans aussi, et l'évènement le plonge au coeur d'une société en quête d'elle même, et de ce "nous" rendu si fragile.
Alors, face aux réactions de leurs proches et amis, l'un comme l'autre ils vont tenter de faire face à la violence de l'instant, et à la question brûlante de l'"Après-Charlie".

J’avoues que je ne me suis méfiée : encore un livre sur Charlie Hebdo qui risquait, comme beaucoup d’autres, d’être dégoulinant de bons sentiments d’autant qu’il me semblait plus être destiné aux jeunes adultes d’après le titre.

Grossière erreur.

“Charlie, 17 ans” m’a surprise, émue et surtout m’a beaucoup donné à réfléchir, moi, l’adulte, sur mon opinion quant à l’attentat et ses conséquences.

Alors, que, je l’avoue, ma réaction vis à vis de ces évènements a été la colère la plus noire puis la politique de l’autruche en me disant qu’au final de toute façon ça ne pouvait être que l’un ou l’autre, je me suis surprise à voir les choses sous un angle différent.

L’écriture sous forme de journal est très bien étudiée et le fait de faire parler deux personnages vivant les évènements avec une vue sociale différente est très intelligente (Charlie représente l’adolescente française venant d’une famille où la liberté d’expression est sacrée alors que Sami vient d’une famille d’origine tunisienne, musulmane, parfaitement intégrée mais qui prend les évènements de plein fouet).  J’aurais aimé cependant que l’auteure aille plus loin encore en ajoutant par exemple les points de vue de Malik et de Hugo plus communautaristes, ou du frère de Charlie qui ne sent pas concerné.

Nina Frey possède des talents d’écriture indéniables et on se demande pourquoi ce livre n’est pas édité par une maison d’édition. Après tout il serait très utile à lire tant pour les adolescents que pour les adultes.

Seules petites ombres au tableau les fautes d’orthographes qui ne collent pas avec la maturité du texte et, justement, la maturité du texte…. En tant qu’adulte j’ai un peu de mal à imaginer que des élèves de terminal soient aussi matures mais ce n’est que mon opinion.

Au final “Charlie, 17 ans” est un livre que je recommande sans hésiter. Si vous avez des enfants de l’âge de Charlie je vous recommande aussi de ne pas hésiter à le leur acheter.

Je mets un point pour l’histoire originale

Je mets un point sans hésiter pour les personnages oh combien attachants

Je mets tout de même un point pour l’écriture malgré les fautes importantes

La couverture est tout à fait intéressante : l’auteur a évité le “Je suis Charlie” tout en mettant en valeur la liberté d’expression des adolescents, je mets donc un point.

Et sans hésiter je recommande ce livre à tout le monde donc c’est avec plaisir que je mets ce dernier point.

Un très bon nouveau roman. On attend les nouvelles œuvres de l’auteur avec impatience.

6 thoughts on “Charlie, 17 ans de Nina Frey : la vérité sort de la bouche des enfants

  1. Pingback: {Roman} Charlie, 17 ans – NINA FREY

    • C’est exact mais il ne faut pas mélanger goût de l’intrigue et précipitation. Certains nouveaux auteurs qui ont une très bonne histoire à raconter, commettent l’erreur d’aller trop vite et d’omettre des détails qu’ils croient le lecteur capable de régler seul où ils pensent que celui-ci aura la patience, justement parce que l’histoire est bonne, de les oublier mais ce n’est pas le cas. Dans ce livre par exemple, l’auteur demande au lecteur de jouer le jouer le jeu de “ne rien comprendre” le temps que celui-ci lui dévoile l’intrigue. Ok c’est classique donc on lit en attendant d’en savoir plus mais quand au bout de quelques pages, une femme jetée du haut d’une falaise réapparaît et qu’au bout de 50 pages on ne sait toujours pas pourquoi elle n’est pas morte parce que l’auteur est déjà passé à autre chose par ce que ce n’est pas l noeud de l’intrigue, non, ce n’est pas crédible. Je pense que le suspense tienne il ne faut pas non plus que les évênements soient trop “fantasmagoriques” sinon ce n’est plus du polar et ne pas oublier non que pour s’attacher aux personnages il faut toujours avoir quelque part dans la tête le doute. C’est à dire se dire “dans la même situation aurais-je fait pareil ?”. Et franchement courir après un homme qui vous a balancé d’une falaise. Je ne crois pas non 🙂

Leave a Reply