Prisonnière de sa propre vie : On aurait aimé mieux la connaître

Prisonnière de sa propre vie : On aurait aimé mieux la connaîtrePrisonnière de sa propre vie par Jacinthe Belanger
Publié par Editions de la Caboche le 31 janvier 2016
Genre: Autobiographie, Documentaire
Pages: 78
Format: Ebook
Lu par : Laetitia
two-stars
Amazon

Une œuvre à la fois déroutante et inspirante
Mimi, c’est une vie entière dans un corps qui ne répond pas. C’est une vie à dépendre des autres, sans caresses, sans regards tendres. C’est une vie de préjugés, de rejets et de pitié. Et pourtant, Mimi, c’est aussi du bonheur, de l’amour et du positif à l’état pur…
Coincée dans un corps dont l’amyotrophie spinale s’est emparée, Mireille entame un long périple avec une persévérance et une force extraordinaires. Appuyée de sa famille, elle va de victoires en défaites, de bonheurs en souffrances, d’espoirs en déceptions.
L’auteure partage avec générosité l’histoire difficile mais ô combien inspirante de sa sœur aînée. Au-delà du récit biographique, son œuvre est une source d’espoir et de conseils pour les gens dont la vie est touchée, directement ou non, par une maladie ou une mobilité réduite. Son message? Vous n’êtes pas seuls.
Pour le format papier, voir : http://www.abcdeledition.com/livre-detail/livre-70.html

Il ne s’agit pas d’une autobiographie, mais d’une biographie, écrite par jacinthe, la soeur de Mireille Bélanger, atteinte d’amyotrophie spinale.Je m’attendais, (à tort ?) à en découvrir davantage sur le vécu et le ressenti de Mireille elle même , sur son combat , de son point de vue à elle relayé par sa soeur…

Mais finalement il est surtout question de Jacinthe de son vécu à elle par rapport à la maladie de sa soeur…  et encore cela reste très “global”  on comprend qu’il y a eu pas mal de non dits et finalement dans ce livre, beaucoup de choses ne sont pas dites non plus ou alors pas de façon assez personnelle.

Mireille Belanger est décédée en 2005 à l’age de 31 ans.. Jacinthe est sa petite soeur, 5 ans de moins; donc la petite enfance /enfance de Mireille n’est pas décrite, explicitée…

Jacinthe est québécoise et cela met une certaine distance par rapport aux mots et expressions employés.

Je suis désolée de ne pas avoir un avis plus positif sur ce livre, je compatis à ce qu’a pu vivre et affronter cette famille mais ce n’est à mon avis pas retranscrit de façon assez forte, détaillée,spontanée , intime…  d’ailleurs quand j’ai vu le nombre de pages s’afficher en bas à droite en commençant la lecture de l’eBook,j’ai pressenti l’effet “survol” du sujet…

Certains passages( bien trop peu) étaient plus percutants, plus personnels et permettaient de commencer à ressentir une réelle empathie pour Mireille… c’est ce type de passage que j’attendais de façon beaucoup plus soutenue…

Finalement , je n’ai pas eu l’impression de lire le témoignage bouleversant d’un proche, je trouve que certains des articles de presse partagés en fin d’ouvrage sont plus poignants, mieux tournés, relatant des faits plus précis ( recherche d’emploi de Mireille avec son lot de difficultés, les attitudes des gens en face…) ce récit manque d’exemples, de faits concrets permettant de vraiment comprendre,de s’immerger et de s’attacher à Mireille et sa famille.  Du coup, cette biographie peine, je trouve, à soulever des émotions et susciter des réactions chez le lecteur. Je pense qu’elle a eu une fonction “thérapeutique” pour l’auteure mais en tant que lectrice je n’y ai pas trouvé mon compte.

Que 2 étoiles, j’en suis désolée…

une pour l’histoire, l’autre pour les personnages.. Mimi à qui l’on pense forcement mais dont on on aurait aimé savoir plus…

One thought on “Prisonnière de sa propre vie : On aurait aimé mieux la connaître

  1. Pingback: Le dernier coup de coeur de l’année 2016 | Les Nouvelles Plumes

Leave a Reply