Les traqueurs d’Antoine Bombrun : quand trop d’AD&D tue la fantasy

Les traqueurs d’Antoine Bombrun : quand trop d’AD&D tue la fantasyLes traqueurs par Antoine Bombrun
Publié par L'attelage le 17 février 2016
Genre: Fantasy
Pages: 340
Format: Ebook, Livre papier
Lu par : Ciena
three-stars
Amazon

Trois bannis jetés dans une quête impossible, où vengeance et salut s'entremêlent. Les yeux blancs, l'âme noire. Un nécromancien, dont la folie n'a d'égal que la puissance. Vole, vole, vole et virevolte ; ma mémoire tangue comme une barque sur les flots !

Je suis persuadée qu’écrire un roman est plus dur que tout autre écrit. Après tout, le but n’est pas seulement d’écrire une histoire mais de captiver le lecteur. Selon le genre choisi les règles pour le faire sont différentes, certes, mais le but est le même : faire en sorte que le lecteur tourne la première page et continue à tourner jusqu’au dernier. 

Lorsqu’il s’agit d’un roman qui se passe dans notre monde, je pense honnêtement que c’est plus facile que lorsqu’il faut en créer un de toute pièces comme pour la science-fiction ou la fantasy car dans ce dernier cas il faut que le lecteur ne soit ni perdu ni trop non plus en terrain connu (sinon adieu l’imaginaire).

Une des grandes erreurs que commettent, à mon avis, les nouveaux écrivains de fantasy est de tout tabler sur la création du monde en oubliant les bases du roman : c’est à dire les personnages et l’intrigue. Une autre erreur est d’avoir de la fantasy une idée limitée à celle véhiculée par “dungeon et dragons” c’est à dire “combats, combats et encore combats” et d’oublier le reste.

Si on prend le cas de Tolkien, par exemple, qui reste à ce jour la référence incontestée de la fantasy : ce n’est pas tant l’histoire d’un anneau maudit qu’il faut détruire qui a fait le succès de son livre mais bien à la fois toute la création du monde fantastique de la terre du milieu avec sa généalogie, ses coutumes, des rites et ses chants et les liens sentimentaux entre les personnages qui font qu’on s’attache à eux, au delà même de leur quête.

“Les traqueurs” est une histoire intéressante de vengeance, écrite très originalement puisque “à la deuxième personne du singulier” (je ne peux pas vous dire pourquoi sans révéler l’intrigue) mais voilà, il semble que l’auteur se soit tellement plongé dans la quête elle-même qu’il en a oublié de “s’arrêter pour contempler le paysage” et nous le faire découvrir plus en avant. L’histoire est une succession de combats dont l’un des héros est toujours quasiment blessé à mort et puis ils avancent, se re-battent, se re-blessent jusqu’à la fin qui est sans surprise ou presque.

On ne sort pas avec l’impression d’avoir vraiment voyagé dans un monde fantastique et surtout on n’arrive pas à avoir assez d’empathie pour les personnages au point qu’on n’est pas plus que cela intéressés par leur quête et qu’on n’a pas plus envie de les revoir non plus. Bref on ne se sent pas concernés.

Une autre chose qui m’a gênée, est que l’auteur sait manier l’humour. Dans ce cas pourquoi diable ne pas en avoir profité pour en ajouter dans l’histoire afin de nous attacher aux personnages ? Entre le vieux grognon, le silencieux et le sadique il y avait pourtant lieu à quelques échanges épiques.

Dans un autre ordre d’idée, par contre, je ne sais pas qui a fait le livre mais pour un indépendant c’est vraiment un bel objet tant par le dessin que la qualité du livre lui-même. On a envie de le collectionner et donc on a bien envie que l’auteur, qui en est à ses débuts, nous confectionne quelques ouvrages intéressants. Il a de l’idée et de l’écriture. Reste à peut-être, canaliser son trac et son envie de nous en mettre “plein les mirettes” dans les batailles pour nous faire vraiment voyager.

Je mets donc une étoile pour l’écriture et une étoile pour la présentation du livre. je rajoute une étoile parce que je pense qu’il mérite tout de même d’être lu : la fantasy est loin d’être facile à écrire et pour un premier livre, l’auteur s’en sort honorablement.

2 thoughts on “Les traqueurs d’Antoine Bombrun : quand trop d’AD&D tue la fantasy

  1. Bonjour et merci pour cette chronique, dont l’avis tranché est tout à fait justifié !

    En effet, je comprends tout à fait que le trop plein de combats puisse gêner (même si j’ai déjà eu une chronique qui me demandait d’en mettre plus), mais c’était là un parti pris de ma part. Je ne voulais pas centrer le roman sur l’univers, mais bien sur le système de narration, le narrateur, ainsi que ses liens avec les personnages. Je ne dis pas que c’était la meilleure idée possible, mais c’est ce que je voulais faire avec ce roman. (mes autres écrits ne fonctionnent pas du tout comme ça, et encore moins ceux des autres Attelés, à découvrir ici : http://www.attelage.net)
    Si je comprends donc tout à fait ton avis, et te remercie pour ta franchise, il y a tout de même un point qui me chagrine : c’est quand tu dis que la fin est sans surprise. Les avis sont très divergents sur cette fin, mais rares sont ceux qui la trouvent sans surprise. Tu avais donc deviné tout ce qui concerne le narrateur et les retournements de situation de la fin ? C’est une vraie question, car cela m’intéresse vraiment de collecter des avis sur cette fin qui, moi, ne me parait pas ordinaire…

    Pour ton avis sur les illustrations, je ne peux qu’être d’accord avec toi ! Les illustratrices ont fait un boulot formidable !

    Merci encore pour cette chronique !

    Antoine Bombrun

    • Bonjour Antoine,

      Tu as raison, je te dois des explications. Il faut savoir que lesnouvellesplumes n’est pas un blog de chroniques dans le sens que je lis le livre et dis si l’histoire m’a plu ou non. Il s’agit d’un blog de critique visant les nouveaux auteurs. En gros, ce que j’essaies de faire avec mes petits moyens c’est à la fois faire connaitre les ouvrages bien sûr mais, surtout, donner des pistes à l’auteur pour ses prochains écrits. Mon rêve c’est que chacun des auteurs que je critique puisse un jour tirer la langue aux plus grands en leur disant “y a pas que vous….”.
      Si je mets des étoiles à la couverture, par exemple, c’est pour encourager les illustrateurs mais je préfère décortiquer le livre en personnage, histoire et écriture. Enfin comme on me l’a demandé, je mets une étoile pour dire si je le recommande ou pas parce que tout simplement ce ne sont pas seulement des auteurs qui me lisent mais aussi de futurs lecteurs.
      En ce qui concerne ton livre. ce qui m’a le plus gêné c’est le décalage entre ton écriture et l’histoire. J’ai pu constater que très souvent, soit les jeunes auteurs se lancent dans un projet d’écriture mais n’ont pas encore acquis les connaissances nécessaires pour le faire et du coup noient une bonne histoire dans une écriture maladroite, soit ils ont un très bon niveau d’écriture et c’est l’histoire qui pêche. Soit enfin ils ont les deux mais une sorte de trac les empêche de prendre le temps de développer et montrer les deux.

      Mon opinion, qui est bien sûr, toute personnelle, c’est que tu es dans ce dernier cas. Tu maîtrises l’écriture, tu as une histoire mais j’ai eu la sensation que tu avais peur de développer pour ne pas déplaire au lectorat moyen. Ce qui fait que, oui, dès le début quand on sent une écriture maîtrisée, donc on cherche l’anguille sous roche et forcément pour moi, presque dès le début j’ai compris ce qui se passerait à la fin.
      Je pense que dans ce premier livre de fantasy, tu as posé de bonnes bases mais que tu en as gardé trop “sous le capot” et surtout je ne t’ai pas senti “habité”. Mais je ne doute pas que ce ne soit qu’un exercice d’échauffement et, comme je le disais, c’est tout de même un bon livre compte tenu de la difficulté à écrire de la fantasy.

Leave a Reply