Les griffes de Moloth de Carmen Messmer : Nous, peut-être, un jour ….

Les griffes de Moloth de Carmen Messmer : Nous, peut-être, un jour ….Les griffes de Moloth par Carmen Messmer
Series: Les Elementales #2
le 8 septembre 2012
Genre: Fantasy
Pages: 336
Format: Livre papier
Lu par : Ciena
five-stars
Amazon

Les Elémentales tome 2 - La Guerre est Monts vient de s'achever. Le pays respire mais les sentiers des Terres Connues restent peu sûrs. Les Soeurs des Eléments ont rompu la Communion. Accompagnées de leurs compagnons et amis, elles repartent chacune vers leur destin. Cependant, leur chemin est semé de bien étranges rencontres, d'embûches et d'aventures. Peut-être un peu trop pour que cela soit naturel. Que médite Moloth, le Noir Souverain, du fond de son royaume souterrain ? Une Aventure Pour Tous Publics.

Dans la même série : Le maître nécromant, Le voyage vers nulle-part
Du même auteur : Le maître nécromant, Le voyage vers nulle-part

“Les griffes de Moloth” est le tome 2 de la série des Elémentales dont le premier livre a été chroniqué ici et a même été nommé coup de coeur du mois.

L’histoire commence là où finit le tome 1 et est construite à l’envers de celui-ci.  Alors qu’on découvrait chacune des élémentales séparément, vivant des quêtes secondaires mais se dirigeant vers une quête principale, dans le tome 2 elles se quittent pour vivre chacune de son côté une quête secondaire. Malheureusement leurs actes ne sont pas passés inaperçus et Moloth compte bien en savoir plus sur celles qui ont déjoué son plan.

Je pourrais vous faire une critique facile en vous disant que ce livre est aussi bon que le précédent, que l’écriture est aussi fine, les héros aussi attachants  et que tout y est pour en faire un best-seller. Ce serait vrai mais je n’en ai pas envie parce que j’ai découvert autre chose dans ce tome et j’aimerais tenter de vous le faire partager, du moins si j’arrive à l’exprimer avec des mots.

Je pensais, avec” le maître nécromant”, avoir lu de la bonne fantasy. Avec “les griffes de Moloth” je me rend compte que je me suis trompée, ce n’est pas que de la fantasy, c’est un témoignage.

Pour tenter de vous faire comprendre ce que je veux dire par là, imaginez que vous soyez archéologue et que vous découvriez un livre qui vous décrit précisément le monde tel qu’il était il y a des millénaires.  Imaginez que, par exemple, vous appreniez que la sécheresse et la famine en Afrique viennent non pas d’événements climatiques ou naturels mais que vos ancêtres en soient directement responsables par des actes innommables qui auraient modifié la structure même de votre planète. Comment vous sentiriez-vous ?

Sans dévoiler l’histoire, qui se situe toujours dans un monde de fantasy plein de nains et de créatures magiques, vous ne pourrez vous empêcher d’avoir le remord au coeur et la boule au ventre en pensant à notre monde et ce que nous sommes entrain de faire.

Pour autant à aucun moment Carmen Messmer n’entre dans le pathos écologique ou ne fait même allusion à notre quotidien. Bien au contraire, elle reste bien dans le monde fantastique des Elémentales mais pour qui a des yeux pour lire, le message sous jacent est presque aussi brillant que l’or-miroir d’Enehouorcq.

En fait, l’écriture de ce tome est tellement troublante qu’on a presque l’impression (je parlais de témoignage) que l’auteur a eu une vision du futur.

Autre fait totalement fascinant dans ce second tome, la précision avec laquelle elle décrit chaque créature que rencontre les héros et les place dans leur contexte historique, faisant du territoire connu, un véritable monde cohérent dans lequel coutume, histoire et folklore  nous sont dévoilés afin que l’on s’y sente aussi à l’aise que si on y habitait.

A tel point d’ailleurs que ce qui m’a manqué c’est une histoire de cette terre (oui un peu comme l’histoire de la terre du milieu de Tolkien si vous voulez :-)).

De ce que j’ai lu de la série des Elémentales avec “Les griffes de Moloth”, nous avons à faire là à une oeuvre que je n’ai pas peur de qualifier de majeure en fantasy.

J’irai cette fois-ci plus loin en disant ouvertement aux éditeurs qui me lisent qu’il s’agit (et certains éditeurs vous diront que je me trompe rarement) d’un écrivain que vous devriez vous dépêcher de prendre dans votre catalogue avant que quelqu’un d’autre ne le fasse ou qu’elle n’en ait plus du tout besoin.

Quand à mes amis lecteurs, amateurs ou pas de fantasy d’ailleurs (je suis très difficile concernant ce genre), précipitez vous pour le lire. Honnêtement.

D’après l’auteur la série compte, à ce jour 5 tomes. J’ai eu l’honneur de recevoir le troisième que je m’en vais dévorer immédiatement. Si vous suivez mon blog vous verrez que c’est assez rare que je le fasse et que je sois aussi élogieuse.

4 thoughts on “Les griffes de Moloth de Carmen Messmer : Nous, peut-être, un jour ….

  • Je vous remercie, Ciena, pour votre chronique très élogieuse que je lis avec beaucoup d’émotion. Votre incroyable sensibilité pour déceler les dessous d’une histoire et voir au-delà des mots est un véritable talent car vous pointez toujours juste. Cela n’a rien de flagornerie ; je ne suis pas la seule à le dire, loin de là, il suffit de lire les commentaires des auteurs en herbe qui vous ont fait confiance.
    Je tiens d’ailleurs à préciser que si je commence à avoir un peu de notoriété, c’est beaucoup grâce à vous et votre blog car je suis très peu douée pour me mettre en avant.
    Cela peut paraître étrange ou présomptueux mais vous êtes dans le vrai: je me sens parfois « habitée » lorsque je me plonge dans l’écriture des Elémentales. C’est un plaisir pour moi de m’immerger dans ce monde. J’espère rester à la hauteur jusqu’à la fin du sixième et dernier épisode qui clôturera cette saga. 
    Bien à vous, et encore merci pour votre engagement.

  • Bonjour, Joyeux Dimanche
    Pour tout dire, je viens parfois sur ce blog pour voir ce que l’ on dit de cette saga troublante, en effet, très troublante. J’ai été étonné du peu de commentaires mais le vôtre est pertinent. Je vous rejoins sur le terrain “œuvre majeure”.
    Beaucoup plus que dans Tolkien, Les Elémentales me plonge dans l’univers “vécu dans le futur” de “Berserkers, de Saberhagen” quoiqu’il soit ridicule de toujours “comparer à…”
    Il y a là-dedans beaucoup plus qu’un souffle faussement épique. En fait, il n’y a rien de vraiment grandiose mais l’exposé d’un futur pas si déconcertant que ça. A titre personnel, je le trouve attirant, ce futur mais ce n’est pas ce qui importe. Je m’étonne, comme vous, de ne pas trouver ces textes étonnants en tête des ventes. Pourquoi une femme n’aurait-elle pas le droit à une pensée claire et presque froide, clinique, hors des bluettes que l’on semble réserver aux auteurs-auteuses ? Comme le disait l’autre, “la femme est l’avenir de l’homme”. Celle qui a conçu, “machiné”, animé les Elémentales en est la preuve. Tant mieux. On pourrait dire “bravo” mais, c’est bizarre, il y aurait là quelque chose de présomptueux, tapoter la tête d’un auteur qui appartient de droit aux classiques de la littérature et de la Pensée. Et je pense ce que j’écris. Donc, pas de “bravo” mais un grand “chapeau bas!” de la part d’un homme admiratif d’un talent qui tient beaucoup du génie.

  • Tout à fait d’accord. Quand on voit ce qu’on nous donne à lire dans la fantasy actuelle… je continue ma lecture et donc ma découverte mais plus ça va et moins j’ai envie d’être juste lectrice et devenir actrice du succès de cette saga. A suivre donc….

  • Leave a Reply