Dieu, l’Etat et Moi de Sylvain de Mullenheim : du fond des océans jusqu’au ciel

Dieu, l’Etat et Moi de Sylvain de Mullenheim : du fond des océans jusqu’au cielDieu, l'Etat et Moi par Sylvain de Mullenheim
Publié par Cherche-midi le 23 mars 2017
Genre: Litterature française
Pages: 448
Format: Livre papier
Lu par : Ciena
five-stars
Amazon

L'équipe du nouveau président se met en place. Le programme est prêt. Le gouvernement, l'Administration, le parti, le Parlement, la garde rapprochée, l'armée et la police, tous veillent avec le soutien de Bruxelles et des alliés. Tout est articulé. Ni la crise de la Bourse, ni le blocage des universités, ni l'attentat terroriste dont est victime le ministre de l'Intérieur, ni même la menace d'une guerre ne mettent l'État en danger. La France gère ses crises...
Dans ce contexte international explosif, le sommeil du chef de l'État se retrouve traversé par un rêve, toujours le même. D'abord déstabilisé, ensuite possédé, le président commence à esquisser les bases d'un nouvel État. L'ensemble du système politique et médiatique entre alors dans la tourmente.

Avec des personnages plus vrais que nature, entraînés dans le vent de ce qui pourrait devenir notre histoire, ce premier roman combine suspense et humour en levant les tabous de manière redoutable. Sa vision politique de rupture, non partisane, anticipe sur les vrais bouleversements du XXIe siècle et replace l'homme au centre du jeu.

Chez les Nouvelles Plumes on s’est aperçu qu’il existait deux types de livres qu’on a du mal à critiquer parce qu’on ne trouve pas les mots justes : les très bons livres et les très mauvais. “Dieu, l’Etat et moi” fait sans aucun doute partie des premiers.

Il faut dire qu’au départ ce n’était pas gagné. Comme souvent avec “les sujets qui fâchent” c’était par défi et vu le titre que je me suis attelée à ce livre. Je m’attendais à un millième pamphlet sur les bienfaits de la laïcité ou du moins de ce qui en reste avec une pincée de propagande politique. Il faut dire que la mention “lobbyiste à Bruxelles, que ce pauvre auteur a eu en guise de présentation, n’a pas beaucoup aidé”. Mon Dieu que j’avais tort.

“Dieu, l’Etat et Moi” est un roman mais quel roman ! Imaginez un instant que vous soyez président de la république fraîchement élu et puis, un jour, un moine du Mont St Michel vous demande une petite faveur. Oh trois fois rien ! Juste faire une neuvaine ! Bon vous êtes le président tout de même et d’un pays laïc en plus donc pas question de le faire et puis finalement vous vous dites que si ça peut lui faire plaisir…. Sauf que de l’autre côté quelqu’un répond ! Vous feriez quoi ?

L’histoire est plus qu’originale et extrêmement bien écrite. On y voit les coulisses du pouvoir mais aussi ce qui peut se passer dans la tête d’un homme propulsé par vocation à la tête d’un Etat, le tout avec beaucoup d’humour et de réflexion sur la morale en politique mais aussi avec des “indices” sur ce que pourrait devenir demain l’avenir de la France, en particulier en ce qui concerne la gestion des mers et des océans.

Pour autant je tiens à rappeler qu’il s’agit d’un roman et l’auteur a été très malin. Malgré un décorticage en règle il est impossible de savoir de quel parti est le président, s’il a utilisé des gens “connus” pour ses personnages ou des faits réels. Mais je compte bien le cuisiner lors d’une prochaine interview 🙂

Les personnages sont très bien décrits et on les imagine bien avec leurs mots à double sens et leur humour très intellectuel.

L’écriture est rapide, efficace et élégante. On a un peut de mal avec à ne pas mélanger Pierre, Benoît et Dominique (mon préféré) et j’aurais aimé plus sur la vie du héros qui visiblement ne rentre quasiment jamais chez lui. J’aurais aussi aimé plus d’immersion dans la vie d’un président. Mais bon l’objectif du livre n’était pas d’être un essai non plus !

C’est un véritable page-turner qu’on dévore comme un thriller mais donne vraiment à réfléchir sur “le bien commun”. Tout au plus ai-je été un peu agacée par l’angélisme du président. Il est peu probable que dans la réalité nous ayons un chef d’Etat si préoccupé par son pays, du moins, en tout cas, pas depuis la 5eme république. On a un pincement profond au coeur quand on voit le fossé qui existe entre la France idéale qu’on pourrait avoir, avec un peu de vision et de courage, et celle qu’on a actuellement.

“Dieu, l’Etat et Moi” est un véritable coup de foudre littéraire à plus d’un titre mais, comme je l’ai dit en début d’article, il est difficile de mettre l’expérience en mots. Lisez-le. Que vous soyez d’accord ou non avec le point de vue du personnage principale pour ne pourrez pas le refermer avant la fin.

 

Leave a Reply