Personne n’a oublié de Stephanie Exbrayat : c’était comme ça avant

Personne n’a oublié de Stephanie Exbrayat : c’était comme ça avantPersonne n'a oublié par Stéphanie Exbrayat
Publié par Terra Nova le 1 février 2017
Genre: Litterature française, Thriller
Pages: 272
Format: Livre papier
Lu par : Ciena
five-stars
Amazon

Sam, huit ans, tombe du haut d'une grange et meurt le crâne fracassé. Pour sa mère Colette, impossible de croire à un accident. Elle soupçonne François, son mari, un homme violent et secret, de ne pas être étranger au drame. Dix ans auparavant, Colette, enceinte d'un autre homme, a été contrainte de l'épouser. Dès lors, son mari a imposé la terreur et la tyrannie au sein de leur foyer.

Bravant la violence de cet homme, Colette s'engage dans une dangereuse quête de vérité. Quel rôle a t-il joué dans la mort de Sam ? Et quel est ce trouble passé que François semble vouloir cacher à tout prix ? Au cœur de ce petit village du Morvan, les esprits s'échauffent et les tensions remontant à la guerre atteignent leur paroxysme. Le village bruisse de rumeurs et de douloureux secrets ne tardent pas à resurgir...

Quand la mort d'un enfant fait resurgir les secrets d'un village...

Et voilà, c’est malin. Moi, Ciena la râleuse je chiale comme une madeleine. La cause ? Le tout premier roman de Stephanie Exbrayat “Personne n’a oublié”. Et ben je vais vous dire que ça risque d’être difficile 

L’histoire se passe en 1954 dans un petit village du Morvan. Sam, un petit garçon de huit ans est mort en tombant du haut de la grange familiale. Seul témoin du drame, François, le beau-père de Sam. Mais… et si en fait c’était lui qui l’avait tué ? Colette, la mère du petit, décide donc d’enquêter mais rien n’est facile dans ce village plein de secrets et à une époque où les femmes n’ont le droit à rien si ce n’est se taire.

Ecrit comme un thriller, les chapitres sont découpés en deux partie : le récit à la troisième personne et grâce au journal que tient Colette, les sentiments les plus profonds de celle-ci à la première. De ce fait il est impossible pour le lecteur de ne pas s’identifier de façon très étroite à l’héroïne et de ressentir avec beaucoup d’émotion tout ce qu’elle ressent.

Pour autant Stéphanie Exbrayat ne fait pas dans le pathos larmoyant. De l’émotion il y en a oui, de la colère aussi, de l’indignation, de la souffrance mais tout est décrit avec pudeur, délicatesse, presque honte. Bref comme le ferait une petite villageoise des années 50 dont la place de femme est particulièrement étroite.

A côté du meurtre du petit Sam, “Personne n’a oublié” détaille bien la vie des femmes d’après guerre, soumises au bon vouloir de leurs maris, ne pouvant ni travailler ni avoir aucun droit sans son autorisation. Colette vit en plus avec une brute épaisse et sadique… Malheureusement on fait vite le parallèle avec la vie des femmes d’aujourd’hui et si légalement les choses ont changées il reste encore beaucoup de personnes qui reconnaîtront en Colette une voisine, une amie ou une parente dont le quotidien n’est guère plus réjouissant qu’en ce temps là.

A la fois thriller, roman donnant à réfléchir et beau récit, “Personne n’a oublié” est l’un des livres les plus émouvants et les mieux écrits que j’ai pu lire jusque là.

Je voudrais partager avec vous un petit paragraphe (celui qui m’a fait pleuré justement), page 266 “Je vais être libre Madeleine. Quand je pense à toutes ces femmes qui n’ont pas ma chance… Tu crois qu’un jour il y aura une loi pour ça ? Pour que les femmes ne soient plus dépendantes des hommes ?”.

Une loi oui mais qu’en avons-nous fait ?

Vous aimez notre blog et cette critique vous a donné envie de lire ce livre ? Cliquez sur le lien juste au dessous du titre. Ca ne vous coûtera pas plus cher mais ça permettra aux Nouvelles Plumes de toucher une petite commission sur votre achat et aidera au développement du blog. Merci 

Leave a Reply