Archive by Author | Ciena

2084_reboot de Yann PBD : ctr-alt-suppr

2084_reboot de Yann PBD : ctr-alt-suppr2084_Reboot par Yann PBD
Publié par Auto-édité le 17 juin 2017
Genre: Science Fiction
Pages: 440
Format: Ebook
Lu par : Aurore
one-star
Amazon

C'est une histoire qui parle de... Non, ce n'est pas une histoire. C'est le futur. Enfin celui d'hier. Celui qu'on a décidé d'accepter.

Petite note de Ciena : Il y a en ce moment une sorte de mode chez certains blogs littéraires qui consiste à se transformer en agence de publicité et donc ne proposer que les livres qu’on a aimé jusqu’à modifier la chronique si elle n’est honnêtement pas favorable. “Les Nouvelles Plumes” ne mangent pas de ce pain là car nous pensons que, d’une part, ce n’est pas juste pour les livres réellement bons, et que d’autre part nous n’avons de compte à rendre qu’aux lecteurs. 

Ceci dit comme tout le monde n’a pas les mêmes goûts, ma politique est, lorsque j’ai vraiment détesté un livre, de le transmettre à une autre plumette dont l’avis peut diverger. C’est à ce moment là l’avis le plus favorable des deux que je publie. Personnellement 2084_reboot était pour moi un livre LNF. 

Voici ce qu’en a pensé Aurore.

J’ai choisi ce livre surtout par curiosité, parce que la présentation de l’éditeur en disait très peu et que ça m’intriguait.

Je vais commencer par un petit résumé rapide pour vous le présenter : dans un monde futuriste ou la plupart vivent avec un petit implant les reliant à un gigantesque réseau, Malik cherche à accéder à l’immortalité afin de détruire les religions qui sont responsables d’actes terroristes.

Dans l’idée, je dis pourquoi pas. Les histoires de Science-Fiction parlent très souvent de terrorisme, de réseaux informatiques très avancés. Ca n’a rien de très original et tout va dépendre de la façon dont ça va être amené.

Mais l’énorme point noir de ce livre, c’est le style d’écriture. Je ne dirais pas qu’il y a des maladresses, je pense sincèrement que l’auteur sait écrire correctement. Seulement, j’ai souvent eu l’impression de lire un dictionnaire. Le vocabulaire utilisé est parfois peu courant et désuet. Je ne suis pas contre le fait d’enrichir mon vocabulaire, mais trop de mots savants, ça ralenti les discours et l’action. Voici un petit extrait qui peut illustrer mon point de vue :

« En résistant à son misérable priapisme, Malik vivait sans vraiment jouir du plaisir de respirer. Une séquelle dont souffraient tous les immortels. Ses poumons se remplissaient d’air pur avant d’expirer une nausée maladive, un mal de cœur, quand il plongeait en apnée dans les eaux troubles de ses contemporains, la délivrance de finir son existence lui était exclue, Malik était prisonnier, anesthésié par sa chair. Pire, l’atrophie des ses émotions lui interdisait d’aimer Juliette. Sa palingénésie le préservait du désagrément d’éprouver de l’attendrissement. Malik reculait dans une solitude maladive, son affection s’entourait de barbelés le coinçant dans sa désolation. Malik végétait. »

Nous avons donc de longues élucubrations de ce genre qui durent plusieurs pages, où on perd totalement de vu l’intrigue et des personnages qui parlent sur le même ton, avec parfois une expression familière qui arrive comme un cheveu sur la soupe. Autant dire que tout ça manque de naturel et de fluidité.

Du coup, ce style empêche tout le reste de se développer. L’histoire est lente et les personnages restent superficiels. Les histoires d’amour qui naissent sont artificielles.

Je terminerai tout de même sur un point positif, en tout cas de mon point vue. J’ai apprécié les idées avancées par l’auteur. Il aborde beaucoup de problèmes de société de notre époque et imagine leur évolution dans un siècle, comme la vie politique, les entreprises commercialisant un certain pesticide, les laboratoires pharmaceutiques. Il prend en compte plus de choses que le simple problème écologique global et le terrorisme. J’aurais bien aimé qu’il aille un peu plus loin de ce côté.

Je vais déroger un peu de la règle habituelle d’attribution des étoiles, car j’aimerais quand même lui en accorder une pour les idées qu’il avance et que je partage.

Ma petite pub perso

Bonjour à tous,

En plus de lire comme une forcenée, tenir un blog et bosser à plein temps j’ai une autre passion dont je vous ai un peu parlé : la sculpture sur livre.

Le principe est de découper à la main chaque page d’un livre selon une mesure très précise (de l’ordre du milimètre) pour obtenir une image sur la tranche.

Cette idée m’est venue alors que je voulais conjuguer les côtés écologiques et solidaires à mes côtés artiste et librivore.

Si donc vous cherchez pour noel un cadeau original et lié au livre je vous présente ma boutique  : Cienacree

Vous y trouverez des livres découpés mais aussi la possibilité de faire créer le votre personnalisé.

Vous le recevrez en livraison gratuite, chez vous, déjà emballé pour être offert.

10% des ventes sont reversées annuellement (le 31 décembre pour être exact) au secours populaire.

Avec le code BIENVENUE vous bénéficierez également de 10% sur votre commande !

Booktubers : l’appli des fous de littérature et qui la partagent

Lorsque je vous ai dit que je faisais partie du jury du prix de l’imaginaire booktubers app, je vous ai promis de vous expliquer ce que c’était.

Si vous êtes comme moi, pour suivre vos booktubers et vos blogueurs préférés c’est un peu le bazard.  D’autant qu’on est nombreux !

Bon certes, moi je suis une fidèle donc je m’inscris aux newsletters de mes blogs préférés mais… et si j’avais envie d’en découvrir de novueaux je fais comment à part passer des heures sur youtube ou sur internet ? Et bien c’est simple. Maintenant il y a booktubers, le site et son application (android ET ios).

Ces outils fonctionnent un peu comme un agrégateur d’infos mais en mieux avec la possibilité de faire des recherches précises,q ue ce soit dans les vidéos ou les blogs.

Honnêtement je vois mal, que ce soit pour les lecteurs qui veulent découvrir des nouveautés, les blogueurs qui veulent se rencontrer ou les auteurs qui veulent trouver des partenaires, qui pourrait s’en passer.

Ah et vous ai-je dis que c’est totalement gratuit et sans pub ?

En tout cas moi je l’ai mis dans ma boîte à outils littéraires !

Pour en savoir plus et télécharger l’application il suffit de cliquer ici : BOOKTUBERS

 

Un trou dans la toile de Luc CHOMARAT : un flou dans le genre

Un trou dans la toile de Luc CHOMARAT : un flou dans le genreUn trou dans la toile par Luc CHOMARAT
Publié par Rivages le 13 avril 2016
Genre: Policier
Pages: 270
Format: Ebook
Lu par : Aurore
two-stars
Amazon

Créatif dans la publicité, Thomas se sent étranger au monde digital et ultra-connecté d'aujourd'hui. Considéré comme un "has been", il est sur un siège éjectable lorsqu'une mystérieuse officine entend exploiter son inadaptation à la Toile pour retrouver "l'Inconnu", personnage qui défie l'ordre des choses en vivant totalement en dehors d'Internet, et qui paradoxalement a des millions de fans.

Bien que ce livre soit classé dans la catégorie policier et qu’en plus il ait gagné, en 2016, le grand prix de la littérature policière, j’ai beaucoup de mal à l’envisager comme un polar. Continue reading

Haig, le secret des monts rouges de Thierry Poncet : On décolle quand ?

Ce livre pourrait ne pas être adapté à un jeune public compte tenu de l'usage de contenu à caractère sexuel, usage de drogue et d'alcool et/ou de violence.
Haig, le secret des monts rouges de Thierry Poncet : On décolle quand ?Haig : le secret des monts rouges par Thierry Poncet
Series: Haig #1
Publié par Taurnada le 18 janvier 2016
Pages: 218
Format: Ebook
three-stars
Amazon

Des tronçonneuses et de l'alcool.
Voilà ce que vend l'aventurier Haig, sur sa péniche la Marie-Barjo, à travers la jungle, dans le Cambodge tout juste libéré de la guerre, depuis le fleuve Mékong jusqu'au pied des mystérieux Monts Rouges.
Mais quel est cet être qui semble répandre la mort devant lui ? Qui est cette Espagnole trop sexy pour ce far-west des camps forestiers cambodgiens ? Pourquoi a-t-elle absolument voulu le suivre ?

En choisissant cette lecture, j’y suis allée un peu au hasard, par curiosité, je ne savais pas vraiment à quoi m’attendre, car c’est un genre vers lequel je ne suis jamais dirigée. Continue reading

Le salon du livre de Morières-les-Avignon : Plein les mirettes et la bibliothèque

Les salons du livre sont des endroits de perdition où les pauvres lecteurs que nous sommes assouvissent notre vice de culture et explosons un budget livre en général déjà entamé voire inexistant.

Celui du village de Morières-les-Avignon ne fait pas exception à la règle et étant à moins d’une demi-heure de chez moi, lutter contre une visite était peine perdue.

Pour la cinquième fois donc, le salon du livre accueillait chaleureusement plus d’une cinquantaine d’auteurs tant édités qu’autoédités dans tous les genres possibles, de la littérature enfantine en passant par la poésie, le polar, la SF et j’en passe.

    

 

 

 

 

 

J’ai eu en plus le grand plaisir d’y retrouver quelques auteurs déjà critiqués sur le blog et d’autres qui ne vont pas tarder à l’être :  

  • notre “maman de blog” Cecile Koppel, à qui je n’ai pu arracher la date de sortie du tome 4 du monde d’Anaonil,

  • l’aussi talentueux que sympathique et séduisant Errol Sabatini que je ne remercie pas pour ma boulimie lunettes de romans depuis que j’ai lu “des petits biscuits pour la timidité”

  

  • le dynamique Luober dont la saga “Erwan Bucklefeet” risque de vous faire voir le monde surnaturel d’une toute autre manière

 

  • Caroline Ribes Ruescas et son intrigante série “Ogamis” dont le tome 1 décrète que “les miroirs nous observent…” (c’est la jolie dame juste entre Cécile et moi)
  •     
  • La douce et gentille Myriam Tosti-Daniel dont on ne se douterait pas une seconde qu’elle a écrit le polar “Demain…le passé”

   

  • et la jeune  Cindy Defosse, bien partie pour nous faire découvrir une trilogie fantastique appellée “Les Eferides”

    

J’ai même fait la connaissance d’une collègue blogueuse et écrivain talentueuse de l’imaginaire : Anna Combelles.

ce qui m’a permis de confirmer que les appareils photos me détestent autant que les pèse-personnes et que je le leur rends bien 🙂

Enfin, bien sûr, je suis allée voir l’organisatrice de l’événement,  Nadia BERGOUGNOUX. Une petite bonne femme fort sympathique, passionnée de lecture et présidente de l’association “Au fil des mots” que je vous présenterai dans un prochain article.

Honnêtement, que vos soyez lecteur, auteur ou scribouilleur, allez visiter les salons de votre coin. Vous apprendrez beaucoup de choses, rencontrerez des gens intéressants et même improbables comme cet artiste par exemple 🙂

Et si vous êtes dans le coin sachez que le salon du livre de Morières-les-Avignon ouvre ses portes tous les ans à la même période. L’an prochain je ferai certainement une visite et brûler ma carte bleue. Je serai ravie de vous y voir.

 

 

 

 

On a rencontré le “Dexter” du livre

Au salon du livre de Morières-les-Avignon, on a rencontré un artiste vraiment pas comme les autres : Didier BARNIER.

Moi qui sculpte sadiquement des livres, j’ai découvert les oeuvres d’art de cet ancien ingénieur avec beaucoup de curiosité et d’admiration.

Pour ce monsieur, comme pour moi, il n’était pas question que le livre soit juste un bien de consommation jeté à la poubelle après lecture ou, pire, remisé dans les rayons poussiéreux d’une bibliothèque mais je dois avouer que là, il a fait vraiment fort.

Jugez plutôt.

                                

Voici une toute petite partie des oeuvres qui se trouvaient exposées et je vous invite à aller voir les autres sur son site

MADE IN BOOK

 Je suis particulièrement fan de ses étagères gravitiques. Un boulot monstre et un calcul judicieux pour trouver et immortaliser le moment pile où le livre va tomber. Très drôle, comme l’artiste lui-même d’ailleurs et nous avons bien pris une heure à discuter de son métier, de ses oeuvres d’art et des outils qu’il utilise. Pour un peu on se serait cru dans un épisode de “”Dexter” 🙂

Comme quoi les salons du livre sont vraiment des lieux formidables.

Le coups de coeur du mois de septembre 2017

Les vacances étant les vacances et ayant fini d’épuiser les quelques réserves de mes pauvres plumettes, j’ai décidé de sauter un mois pour les coups de coeur histoire d’avoir plus de livres en lice.

Du coup je suis très embêtée parce que là j’ai quasiment que du bon ou du très bon à vous présenter.

En août et septembre, donc, nous avons lus :

Ont reçu 5 étoiles :

  • “Tout va très bien madame la Comtesse” pour son texte hilarant
  • “Agent double” pour son second tome de l’histoire d’espionnage la plus déjantée de tous les temps
  • “Poussez madame” pour son témoignage à hurler de rire

Compte tenu de la taille du livre (il faut pouvoir tenir un lecteur en haleine pendant 600 pages !) et l’originalité de l’histoire, le coup de coeur du mois est attribué à ……

Pour lire notre critique de ce livre il suffit de cliquer sur la couverture ci-dessus.

 

Du lourd nous attend chez Taurnada en 2018

La maison d’édition Taurnada me contacte pour me dire que, le 1er trimestre 2018, non pas un mais deux des auteurs que j’aime le plus (dont une plume d’or) sortent un nouveau livre. Je n’allais pas le garder pour moi !

En exclusivité, donc, j’ai le plaisir de vous annoncer que la machiavélique mais non moins adorable plume d’or Estelle Tharreau, sort un troisième thriller, “De la terre dans la bouche”, le 18 janvier 2018.

Quand à notre ami Mehdy Brunet, il a décidé que Josey, le héros de “Sans Raison”, reprendrait ses armes et ses envies de vengeance dans un nouveau opus appelé “Le fruit de ma colère” et qui sortira le 15 mars 2018.

Pour voir de quoi ça parle et, pourquoi pas, les pré-commander, je vous invite à cliquer sur leur couverture.

Très bientôt aussi leur critique sur le blog : j’ai vraiment hâte.