Archives

Au jardin des fugitifs de Ceridwen Dovey : une désagréable sensation de tenir la chandelle.

Au jardin des fugitifs de Ceridwen Dovey : une désagréable sensation de tenir la chandelle.Au jardin des fugitifs par Ceridwen Dovey
Publié par Editions Heloise d'Ormesson le 24 janvier 2019
Genre: Litterature étrangère
Pages: 382
Lu par : Ciena
two-stars
Amazon

Au crépuscule de sa vie, Royce, mécène richissime, veut renouer avec Vita, sa protégée d'autrefois. Contre toute attente, elle accepte de rompre un lourd silence de vingt ans... à condition de suivre les règles du jeu.
Des ruines de Pompéi à l'effervescence du Cap, les fantômes du passé mènent la danse de ce pas de deux, où chacun délivre les secrets enfouis qui les ont condamnés à la solitude.
Au jardin des fugitifs explore les cavités souterraines du désir et de la culpabilité avec une grâce et une subtilité magistrales. Entres les lignes de cette liaison dangereuse, Ceridwen Dovey nous interpelle : notre vie est-elle le récit que l'on s'en fait ?

Du même auteur : Animals

Je l’avoue, j’avais hâte.

Après le délicieusement profond et humoristique « Animals » je n’avais qu’une hâte, celle de replonger dans l’écriture de Ceridwen Dovey.

« Au jardin des fugitifs » est (contrairement à « Animals » qui était un recueil de nouvelles) un roman. Continuer la lecture

Animals de Ceridwen Dovey : tellement humains !

Animals de Ceridwen Dovey : tellement humains !Animals par Ceridwen Dovey
Publié par Editions Heloise d'Ormesson le 3 novembre 2016
Genre: Litterature étrangère
Pages: 284
Format: Livre papier
Lu par : Ciena

five-stars




Amazon

Au seuil de la Vie Éternelle, Elizabeth patiente. À ses côtés, dix animaux tués lors de conflits armés. Aucune âme ne sera autorisée à passer avant qu'elle n'ait fourni la preuve irréfutable de sa foi. Alors pour tromper l'ennui, elles racontent leur histoire. Une moule victime de Pearl Harbour, un ours affamé durant le siège de Sarajevo, un chien fauché sur le Front Est de la Seconde Guerre mondiale, un perroquet mort sous les bombes à Beyrouth en 2006, ou encore une tortue (ayant appartenu à la fille de Tolstoï !) égarée dans l'espace pendant la Guerre Froide...

Pourquoi les animaux suscitent-ils une empathie que nous semblons incapables d'éprouver envers nos semblables ? À travers ces dix trajectoires, et autant d'hommages littéraires – à Jack Kerouac, Sylvia Plath ou encore Colette –, Ceridwen Dovey nous offre une fable malicieuse aux accents philosophiques. Regard sur le monde animal, victime collatérale de notre absurde brutalité, mais aussi sur l'humanité, cette relecture de l'Histoire contemporaine en dix chapitres nous rappelle le pouvoir de rédemption de la littérature et de l'imaginaire. Animals en dit plus sur nous que nous ne voulons bien l'admettre...

Du même auteur : Au jardin des fugitifs
« Elle sentait que cela  ne me plaisait pas quand le ton partait vers ce style ironique et moqueur que les auteurs humains semblent systématiquement adopter lorsqu’ils écrivent du point de vue d’un animal »  Continuer la lecture