Archives

La cité écarlate de Sami Mokadem : Romantisme à l’orientale

La cité écarlate de Sami Mokadem : Romantisme à l’orientaleLa cité écarlate par Sami Mokkadem
Publié par Auto-édité le 18 aout 2018
Genre: Litterature étrangère
Pages: 208
Format: Livre papier
Lu par : Flo
four-stars
Amazon

A la fois féeriques et déchirantes, ces nouvelles traquent les marques laissées par des rencontres perdues, des histoires inachevées et des baisers volés. Sans aucun apprêt, laissez-vous tenter par ces aventures surprenantes. Chantez la vie, l'amour, la mort et l’éternité. Reprenez le refrain résonnant de ce chant: épousez ses rimes et saisissez ses blancs. L'auteur nous invite à nous soustraire du réel morose afin d'explorer les contrées d’un au-delà rutilant chargé d’accueillir des fictions qui se croisent et se fondent. Chaque conte se lit à son propre miroir et se lit au miroir des autres. Jouez le jeu et cherchez vous parmi cette panoplie de reflets…

Waouh…quel roman !

Au début, j’étais perplexe… Je ne suis pas fan des romans composés de plusieurs nouvelles même si un fil rouge est présent tout du long avec comme thème l’amour… Mais plus on avance dans le roman, plus on retrouve des liens. Continuer la lecture

LA MELODIE DU PASSE de Hans Meyer zu Düttingdorf : généalogie

LA MELODIE DU PASSE de Hans Meyer zu Düttingdorf : généalogieLa mélodie du passé par Hans Meyer zu Düttingdorf
Publié par Les Escales le 15 septembre 2016
Genre: Litterature étrangère
Pages: 394
Format: Livre papier
Lu par : Mélanie
four-stars
Amazon

En vidant l'appartement de sa mère qui vient de mourir, Christina, journaliste berlinoise, trouve une vieille carte postale en noir et blanc coincée derrière un tiroir. Dessus, des joueurs de tango du Buenos Aires des années 1930. Derrière, un mystérieux message...
Intriguée, Christina décide de fouiller le passé de sa mère et apprend que celle-ci n'était pas celle qu'elle croyait. Elle remonte le sillage de son arrière-grand-mère, Emma : jeune femme audacieuse, elle a quitté son Allemagne natale dans les années 1920 pour trouver le bonheur auprès d'un Argentin épousé dans la précipitation. Mais la jeune mariée est troublée par Eduardo, un joueur de bandonéon... Une passion soigneusement enfouie, qui bouleversera son existence, mais aussi celle de ses descendants.

 

Christina, jeune journaliste Berlinoise trouve une vieille carte postale représentant un groupe de joueurs de tango, au dos de laquelle se trouve un mystérieux message. Elle décide alors de fouiller le passé de sa mère, et va trouver ses origines en Argentine. Continuer la lecture

La carte du souvenir et de l’espoir de Jennifer Zaynab Joukhadar : voyage parallèle

La carte du souvenir et de l’espoir de Jennifer Zaynab Joukhadar : voyage parallèleLa carte du souvenir et de l'espoir par Jennifer Zeynab Joukhadar
Publié par Les escales éditions le 18 octobre 2018
Genre: Litterature étrangère
Pages: 400
Format: Livre papier
Lu par : Aurore
five-stars
Amazon

Dans la lignée des Cerfs-volants de Kaboul, le destin d'une famille en quête de paix et de liberté entrelacé à celui des flamboyants cartographes du XIIe siècle. Une épopée bouleversante.
Été 2011. Lorsque le père de Nour est emporté par un cancer, sa mère décide qu'il est temps pour elle et ses filles de quitter New York et de rejoindre leur famille en Syrie. Heureusement, Nour a trouvé un moyen de rester toujours près de son père : au pied du figuier, dans son jardin de Homs, elle murmure les mots de leur conte préféré, dans l'espoir qu'ils parviennent jusqu'à l'endroit où il est enterré. Cette histoire qu'elle ne cesse de se répéter, c'est celle de Rawiya, une jeune fille du XIIe siècle qui se travestit pour devenir l'apprenti du plus illustre cartographe médiéval, al-Idrisi.
Mais bientôt, la guerre éclate en Syrie et les bombes pleuvent sur Homs. Pour Nour et sa famille, un choix s'impose : rester affronter la violence ou s'enfuir et traverser les sept mêmes pays du Moyen-Orient et d'Afrique du Nord qu'ont sillonnés, neuf cents ans plus tôt, les cartographes que Nour admire tant. Et c'est dans la merveilleuse histoire de Rawiya que Nour va puiser force et courage.
La Carte du souvenir et de l'espoir est un roman d'une beauté à couper le souffle qui illumine l'histoire d'un pays dans la tourmente ; un conte sur la résilience humaine et la puissance des récits.

Un mot de l'auteur
Jennifer Zeynab Joukhadar est une auteure américano-syrienne. Elle a été chercheuse scientifique avant de changer de carrière et de se consacrer exclusivement à l'écriture. Ses nouvelles ont été remarquées par la critique. La Carte du souvenir et de l'espoir est son premier roman.

NDLR : Compte tenu du sujet du livre et ne voulant pas être partiale par « émotivité », j’en ai transmis la lecture à Aurore. Il faut être honnête, pour quelqu’un qui n’est pas familier avec le sujet, la critique de ce livre peut être ardue. Je trouve qu’elle s’en est bien sortie. Et vous ? 

—————————-

Des événements personnels m’ont obligés à lire ce livre lentement, par petites touches. Ce n’est pas mon habitude mais pour ce cas particulier ce ne fut pas une mauvaise chose. Je présente d’ailleurs mes excuses à l’éditeur pour avoir mis autant de temps à le lire et à écrire ma petite chronique.

En effet, la lenteur de ma lecture m’a permis d’apprécier toute la poésie et toute la tristesse du récit, de ce témoignage/fiction, qui aurait pu être vrai et qui l’a certainement été en partie pour d’autres victimes de cette guerre ou d’une autre.

La première chose qui m’a frappée à la réception de ce livre, c’est la couverture. Le choix de la représentation d’une carte ancienne, aux couleurs sobres et chargées de détails, est une réussite. C’est tout à fait le genre de couverture qui aurait pu m’attirer dans une librairie.

Le style alterne l’histoire de Nour en 2011, chassée de la Syrie lorsqu’une bombe réduit sa maison en cendres, et l’histoire de Rawiya qui a voyagé dans les mêmes pays au XIIème siècle. On suit leurs périples en parallèle, leurs malheurs mais aussi leurs petits bonheurs, ou du moins, leurs raisons de vivre et de s’accrocher. J’ai toujours eu un petit faible pour ce style de récit, avec 2 époques en parallèle. Ici, le lien entre les 2 n’est pas toujours évident, mais il reste bien maîtrisé. Mon intérêt s’est quand même beaucoup plus porté sur l’histoire de Nour, peut-être parce qu’elle une résonance beaucoup plus d’actualité et que ça m’a plus touché.

Pour les mêmes raisons, du côté de l’histoire et des personnages, je me suis beaucoup plus rapprochée de Nour que de Rawiya. Du côté de Rawiya, j’ai souvent confondu les personnages, ce qui entraîne aussi une compréhension de l’histoire plus compliquée. Pour Nour, j’ai mis un certain temps quand même à repérer tous les personnages, mais une fois que ce fut bien installé dans mon cerveau, je me suis totalement laissée embarquer dans son voyage forcé. J’avoue aussi qu’il y a toujours cette barrière culturelle que j’essaie de passer quand je le peux, pour m’adapter aux consonances arabes (j’ai le même problème avec les polars suédois…)

En résumé, malgré quelques petits défauts sans importance, je lui offre avec quand plaisir les 5 étoiles, en grande partie parce que l’auteure a réussi à m’émouvoir du début à la fin. Je garde ce livre précieusement et le relirai plus tard, cette fois d’une seule traite, car je pense avoir loupé beaucoup de subtilités.

Au jardin des fugitifs de Ceridwen Dovey : une désagréable sensation de tenir la chandelle.

Au jardin des fugitifs de Ceridwen Dovey : une désagréable sensation de tenir la chandelle.Au jardin des fugitifs par Ceridwen Dovey
Publié par Editions Heloise d'Ormesson le 24 janvier 2019
Genre: Litterature étrangère
Pages: 382
Lu par : Ciena
two-stars
Amazon

Au crépuscule de sa vie, Royce, mécène richissime, veut renouer avec Vita, sa protégée d'autrefois. Contre toute attente, elle accepte de rompre un lourd silence de vingt ans... à condition de suivre les règles du jeu.
Des ruines de Pompéi à l'effervescence du Cap, les fantômes du passé mènent la danse de ce pas de deux, où chacun délivre les secrets enfouis qui les ont condamnés à la solitude.
Au jardin des fugitifs explore les cavités souterraines du désir et de la culpabilité avec une grâce et une subtilité magistrales. Entres les lignes de cette liaison dangereuse, Ceridwen Dovey nous interpelle : notre vie est-elle le récit que l'on s'en fait ?

Du même auteur : Animals

Je l’avoue, j’avais hâte.

Après le délicieusement profond et humoristique « Animals » je n’avais qu’une hâte, celle de replonger dans l’écriture de Ceridwen Dovey.

« Au jardin des fugitifs » est (contrairement à « Animals » qui était un recueil de nouvelles) un roman. Continuer la lecture

La maison de vos rêves de Martti Linna : littérature à la finlandaise

La maison de vos rêves de Martti Linna : littérature à la finlandaiseLa maison de vos rêves le 11 mai 2016
Genre: Litterature étrangère
Pages: 254
Format: Ebook
Lu par : Audrey

two-stars




Amazon

Abrités par la forêt finlandaise, à deux pas d'un lac majestueux, l'entreprise Haliwood et son village-témoin sont spécialisés dans la construction innovante de maisons en rondins verticaux. Léguée par le fondateur à ses deux fils, Haliwood a pour logo un homme enlaçant un arbre, et se veut emblème de l'entreprise-providence. Chaque année, les employés sont invités à évaluer leur satisfaction au travail. Mauri, l'un des dirigeants, est soudain victime de tentatives d'assassinat : par asphyxie dans son sauna, puis explosion de son véhicule sur le parking... Le commissaire Sudenmaa, un brin déstabilisé par sa fille adolescente, se charge de l'enquête. Une plongée dans l'entreprise familiale, soi-disant le paradis de ses employés, sauf quand le couperet tombe sur le questionnaire anonyme d'évaluation : pour la première fois, quelqu'un a attribué la plus mauvaise note. Qui ?

Un livre peut-il être aussi froid que le pays natal d’un auteur? C’est en tout cas l’impression que j’ai eu à la lecture de ce livre. Continuer la lecture

Animals de Ceridwen Dovey : tellement humains !

Animals de Ceridwen Dovey : tellement humains !Animals par Ceridwen Dovey
Publié par Editions Heloise d'Ormesson le 3 novembre 2016
Genre: Litterature étrangère
Pages: 284
Format: Livre papier
Lu par : Ciena

five-stars




Amazon

Au seuil de la Vie Éternelle, Elizabeth patiente. À ses côtés, dix animaux tués lors de conflits armés. Aucune âme ne sera autorisée à passer avant qu'elle n'ait fourni la preuve irréfutable de sa foi. Alors pour tromper l'ennui, elles racontent leur histoire. Une moule victime de Pearl Harbour, un ours affamé durant le siège de Sarajevo, un chien fauché sur le Front Est de la Seconde Guerre mondiale, un perroquet mort sous les bombes à Beyrouth en 2006, ou encore une tortue (ayant appartenu à la fille de Tolstoï !) égarée dans l'espace pendant la Guerre Froide...

Pourquoi les animaux suscitent-ils une empathie que nous semblons incapables d'éprouver envers nos semblables ? À travers ces dix trajectoires, et autant d'hommages littéraires – à Jack Kerouac, Sylvia Plath ou encore Colette –, Ceridwen Dovey nous offre une fable malicieuse aux accents philosophiques. Regard sur le monde animal, victime collatérale de notre absurde brutalité, mais aussi sur l'humanité, cette relecture de l'Histoire contemporaine en dix chapitres nous rappelle le pouvoir de rédemption de la littérature et de l'imaginaire. Animals en dit plus sur nous que nous ne voulons bien l'admettre...

Du même auteur : Au jardin des fugitifs
« Elle sentait que cela  ne me plaisait pas quand le ton partait vers ce style ironique et moqueur que les auteurs humains semblent systématiquement adopter lorsqu’ils écrivent du point de vue d’un animal »  Continuer la lecture

Magic time de Doug Marlette : tristement d’actualité

Magic time de Doug Marlette : tristement d’actualitéMagic Time par Doug Marlette
Publié par Cherche-midi le 7 janvier 2016
Genre: Litterature étrangère
Pages: 800
Format: Ebook
Lu par : Aurore

three-stars




Amazon

1965. Alors que le mouvement des droits civiques porté par Martin Luther King s'étend dans tous les États-Unis, le pays a les yeux fixés sur Troy, une petite localité du Mississippi. Quatre jeunes activistes y ont péri dans l'incendie d'une église. Deux membres du Ku Klux Klan sont arrêtés et condamnés à perpétuité.

1990. L'un des condamnés libère sa conscience en désignant le vrai responsable du crime. Un nouveau procès se prépare donc à Troy. De retour dans sa ville natale, Carter Ransom, ancien sympathisant dans la lutte pour les droits civiques et journaliste au New York Examiner, est aux avant-postes. Son premier amour, Sarah Solomon, faisait partie des victimes et son père, le tout-puissant juge Mitchell Ransom, avait conduit le premier procès. Carter veut faire toute la lumière sur cette période qui l'a marqué à jamais. Et c'est dans le passé qu'il va devoir fouiller pour mettre au jour une vérité aussi terrible qu'inattendue.

Doug Marlette retrace ici toute une époque, trouble, pleine de non-dits, de soupçons et de positions ambiguës, mais aussi de courage, de droiture et de passion. Celle de la lutte pour les droits civiques. Avec une intrigue haletante et des personnages d'une rare humanité, Doug Marlette signe un chef-d'œuvre, à classer entre les romans de John Grisham et de Tom Wolfe.

Ce roman aborde un sujet qui est encore bien tristement actuel : l’intolérance. Continuer la lecture

Un après-midi d’automne de Mirjam KRISTENSEN : disparaître ou se retrouver ?

Un après-midi d’automne de Mirjam KRISTENSEN : disparaître ou se retrouver ?Un après-midi d'automne par Mirjam KRISTENSEN
Publié par Libretto le 05/02/2015
Genre: Litterature étrangère
Pages: 240
Format: Livre papier
Lu par : Ciena

four-stars




Amazon

Rakel et Hans Olav, mariés depuis deux ans, arrivent à New York pour un séjour dont ils rêvaient depuis longtemps. Au cours d'une visite au Metropolitan Museum, Hans Olav tombe en arrêt devant une toile de Georges de La Tour, La Madeleine pénitente. Rakel, lassée, s'excuse et s'éclipse quelques minutes. À son retour, Hans Olav n'est plus là. La gardienne lui dit l'avoir vu quitter les lieux en compagnie d'une femme...
Jusqu'ici jeune épouse comblée et sereine, en voyage d'agrément avec son mari, Rakel se trouve brutalement jetée dans la peau d'une femme seule, égarée, qui arpente la ville, des semaines durant, en quête d'un disparu. Plusieurs rencontres émaillent sa quête et lui tendent le miroir de ce que pourrait, ou aurait pu, être sa propre vie.
Le roman de Mirjam Kristensen commence comme un policier ' mais c'est pour mieux nous emporter peu à peu dans un récit introspectif, vertigineux et hypnotique. Finalement, que cherche vraiment Rakel ? Son mari, son bonheur évanoui, ou seulement ce qui conférait à son existence l'illusion d'une stabilité ?
L'écriture d'une simplicité toute apparente pose la question : comment peut-on, tout simplement, disparaître ?

border

Mirjan Kristensen est nouvelle écrivaine norvégienne de 38 ans avec un sacré talent. Elle a déjà écrit en 2007 Les jours sont transparents

Avec ce nouveau livre captivant à la frontière entre le roman policier, surnaturel et philosophique, elle signe sa second grande réussite littéraire.

J’hésitais entre mettre quatre ou cinq étoiles à ce livre.

Après tout l’histoire est prenante : un couple de norvégiens visitent un musée à New York lorsque l’héroïne laisse seul quelques instants son mari en admiration devant un tableau. Lorsqu’elle revient celui-ci a disparu et la gardienne du musée l’informe qu’il l’a quitté avec une femme. Pourquoi ? Comment ? Et surtout par où commencer à chercher dans cette ville où tout est inconnu et gigantesque ? Continuer la lecture