L’esclave de C.S Pacat : fantasy à la sauce gréco-romaine (enfin quand je dis sauce …. )

Ce livre pourrait ne pas être adapté à un jeune public compte tenu de l'usage de contenu à caractère sexuel, usage de drogue et d'alcool et/ou de violence.
L’esclave de C.S Pacat : fantasy à la sauce gréco-romaine (enfin quand je dis sauce …. )L'esclave par C.S Pacat
Series: Prince captif #1
le 17 juin 2016
Genre: Fantasy
Pages: 306
Format: Ebook
Lu par : Audrey
one-star
Amazon

Damen est un héros pour son peuple et le légitime héritier du trône d'Akielos. Mais lorsque son demi-frère s'empare du pouvoir, Damen est capturé, dépouillé de son identité et offert comme esclave au prince d'un royaume ennemi.
Beau, manipulateur et létal, son nouveau maître, le prince Laurent, incarne ce qui se fait de pire à la cour de Vere. Mais dans la toile mortelle de la politique Vérétienne, les apparences sont trompeuses, et lorsque Damen se retrouve pris dans un jeu de pouvoir pour le trône, il doit s'allier à Laurent afin de survivre et sauver son royaume.
Sans jamais oublier une règle vitale : cacher sa véritable identité à tout prix. Car l'homme dont il a besoin est celui qui a le plus de raisons de le haïr...

Dans la même série : Le guerrier
Du même auteur : Le guerrier, Le roi

L’histoire présentée était plutôt alléchante : un prince évincé du trône par son demi-frère et offert comme esclave à la famille royale ennemie.

Ca laissait présager une bonne histoire d’intrigues avec quelques combats pour pimenter, classique mais avec du potentiel. Continue reading “L’esclave de C.S Pacat : fantasy à la sauce gréco-romaine (enfin quand je dis sauce …. )”

Eden de Serge Boudroux et Cécile de Laget : Mais bon Dieu baissez-moi cette jupe !!!!

Eden de Serge Boudroux et Cécile de Laget : Mais bon Dieu baissez-moi cette jupe !!!!Eden par Cecile de Laget, Serge Boudoux
Publié par Editions Baudelaire le 17 juin 2016
Genre: Policier
Pages: 390
Format: Livre papier
Lu par : Ciena
one-star

Présentation de l'éditeur :

Henri, beau nonagénaire un peu déjanté, habite un petit village du Gers.

La région est en effervescence. Les journaux écrits et télévisés font leurs gros titres au sujet de quatre morts violentes s’étant produites le long du chemin qui passe près de la petite maison du vieillard et mène les pèlerins à Saint-Jacques-de-Compostelle, le Camino Francés, rebaptisé par un journaliste inspiré : le « chemin meurtrier ».

Lundi 17 mai 2010. Comme chaque jour, le vieil Henri se rend sur la place de l’église et là, assise sur le banc vert où il rejoint habituellement ses rares copains encore vivants, une jeune femme sublimissime mange tranquillement un sandwich. Ils échangent quelques mots… et il se retrouve mêlé bien malgré lui à une histoire hallucinante.

De la Côte d’Azur à New-York, en passant par l’Isère et l’Auvergne, doux, violent, érotique, mystérieux, machiavélique, explosif, cruel, éclairant d’un jour nouveau des énigmes anciennes et des évènements politiques récents, ce deuxième volet de la trilogie Eden est fou : vous allez l’adorer… et sans doute détester ses auteurs.

Vous vous rappelez lors de ma critique de “Sans raison” de Mehdy Brunet que je vous avais parlé des poncifs en polar.

Peut-être avez-vous cru qu’il s’agissait de l’opinion d’une vieille bique un peu coincée : il n’en est rien. En fait saviez-vous que plus de 80 % des lecteurs de polars sont des lectrices de nos jours ? Ce n’est pas moi qui le dit, c’est une enquête très sérieuse de Babelio qui date de 2014.

De ce fait le polar actuel est très différent de ce qu’il était dans les années 70-80 où pour faire un bon livre il ne fallait qu’ajouter un privé, une belle blonde (ou brune) et de la castagne. De nos jours les lecteurs (et donc souvent lectrices) veulent du suspense, de la psychologie, de l’intrigue.

Frédéric Dard a eu de beaux jours mais je doute qu’à notre époque il aurait eu autant de succès, quoique avec son humour et sa maîtrise de la langue française il ait créé un genre vraiment à part.

En ce qui concerne Eden, c’est exactement ce qui s’est passé. L’histoire est totalement noyée par les galipettes de l’héroïne, décrits à la façon d’un mauvais porno ce qui fait que, non, je n’ai pas du tout adhéré.

De plus les personnages ne sont pas plausibles et  l’intrigue est mal menée. Si on s’accroche un peu on comprend tout au plus que l’histoire est écrite par un petit vieux amoureux d’une tueuse en série mais c’est illogique car en grande partie il n’est pas témoin de l’histoire et n’aurait donc pas pu la raconter. Enfin on sent clairement que l’auteur aime s’entendre parler au détriment du lecteur qu’il prend d’ailleurs régulièrement pour un inculte. Il va même jusqu’à faire “une petite expérience” (c’est lui qui le dit) pour voir si on n’est pas amateur des “flatulences verbales des anges de la télé-réalité”.

C’est dommage car par contre, l’écriture est recherchée mais encore une fois l’intrigue est mal construite et on a tout simplement pas envie de savoir la suite.

Enfin dernier point, vous constaterez que je viens de critiquer le tome 2 de ce livre. Ce n’est pas une erreur de ma part, l’auteur ayant exigé que cela soit comme çà et que je n’avais pas besoin de lire le tome 1 pour comprendre le tome 2. C’est finalement une preuve d’indulgence car je n’aurai de toute façon pas lu deux tomes de ce récit.

Je ne mettrai donc qu’une étoile pour l’écriture.

Fast girl de Suzy Favor Hamilton : Où comment détruire sa vie à vitesse grand V

Ce livre pourrait ne pas être adapté à un jeune public compte tenu de l'usage de contenu à caractère sexuel, usage de drogue et d'alcool et/ou de violence.
Fast girl de Suzy Favor Hamilton : Où comment détruire sa vie à vitesse grand VFast girl par Suzy Favor Hamilton
Publié par Talent sport le 30 mars 2016
Genre: Autobiographie
Pages: 247
Format: Ebook
Lu par : Marie
four-stars
Amazon

Suzy avait tout, la beauté, le talent, de grands sponsors, une famille, trois participations aux Jeux Olympiques et un jeune mari aimant. Mais pour échapper à son mal de vivre et à une terrible anxiété, elle est devenue Kelly et s'est créé une double vie à Las Vegas... "Je me concentrais sur ce que je pensais être le look idéal pour une escort girl de choix. J'étais maintenant la numéro 2 des hôtesses les plus demandées de Vegas. Mon ambition absolue était de devenir la numéro 1. Il fallait que mon apparence fasse la différence... Naturellement, mon ascension a été rapide. Pas assez rapide à mon goût, bien entendu. Mes séances d'UV donnaient l'impression que mon corps avait baigné dans la lumière du désert. Les robes moulantes que je portais continuaient de décroître en taille, à cause de mon manque d'appétit. Dans un jour comme celui-là, je voulais juste me nourrir de mon exaltation. Ce jour-là, je portais une robe moulante rouge vif conçue par mon créateur préféré, Hervé Léger. Elle m'allait comme une seconde peau. Je n'avais pas envie de retourner à mon ancienne vie. Ni aujourd'hui, ni jamais". Révélée par les médias, l'histoire de Suzy Favor Hamilton a stupéfié l'Amérique.

J’avoue qu’au départ ce livre, confessions d’une athlète devenu l’escort n°1 de Las Vegas, n’est pas dans le genre de mes lectures habituelles. Motivée pas une curiosité (malsaine peut-être…) grandissante suite à la diffusion de son interview il y a quelques mois à la télévision, j’ai souhaité lire ce livre afin de me forger mon avis personnel. En règle générale, j’évite les biographies, ayant toujours la crainte d’une sorte de voyeurisme mal placé (qui peut en plus être accentué par l’écriture ou par le récit lui-même). Continue reading “Fast girl de Suzy Favor Hamilton : Où comment détruire sa vie à vitesse grand V”