Archives de tags | souffrance

Une bouche sans personne de Gilles Marchand : Une bulle de tendresse dans un monde de brutes

Une bouche sans personne de Gilles Marchand : Une bulle de tendresse dans un monde de brutesUne bouche sans personne par Gilles Marchand
Publié par Les forges de Vulcain le 25 août 2016
Genre: Litterature française
Pages: 260
Format: Livre papier
Lu par : Marie
five-stars
Amazon

Un comptable se réfugie la journée dans ses chiffres et la nuit dans un bar où il retrouve depuis dix ans les mêmes amis. Le visage protégé par une écharpe, on ne sait rien de son passé. Pourtant, un soir, il est obligé de se dévoiler. Tous découvrent qu'il a été défiguré. Par qui, par quoi? Il commence à raconter son histoire à ses amis et à quelques habitués présents ce soir-là. Il recommence le soir suivant. Et le soir d'après. Et encore. Chaque fois, les clients du café sont plus nombreux et écoutent son histoire comme s'ils assistaient à un véritable spectacle. Et, lui qui s'accrochait à ses habitudes pour mieux s'oublier, voit ses certitudes se fissurer et son quotidien se dérégler. Il jette un nouveau regard sur sa vie professionnelle et la vie de son immeuble qui semblent tout droit sortis de l'esprit fantasque de ce grand-père qui l'avait jusque-là si bien protégé du traumatisme de son enfance.
Léger et aérien en apparence, ce roman déverrouille sans que l'on y prenne garde les portes de la mémoire. On y trouve les Beatles, la vie étroite d'un comptable enfermé dans son bureau, une jolie serveuse, un tunnel de sacs poubelle, des musiciens tziganes, une correspondance d'outre-tombe, un grand-père rêveur et des souvenirs que l'on chasse mais qui reviennent. Un livre sur l'amitié, sur l'histoire et ce que l'on décide d'en faire. Riche des échos de Vian, Gary ou Pérec, lorgnant vers le réalisme magique, le roman d'un homme qui se souvient et survit - et devient l'incarnation d'une nation qui survit aux traumatismes de l'Histoire.

Les romans imaginaires sont un style difficile. Il faut être capable de tenir un raisonnement illogique sur la durée, sans s’emmêler les pinceaux ou s’essouffler. Gilles Marchand y arrive parfaitement et nous entraîne alors dans l’univers de son narrateur (dont on ne connaîtra jamais le nom). Continuer la lecture