La boîte à outils de Gérard BESNIER : L’auteur qui murmure à l’oreille des lectrices

La boîte à outils de Gérard BESNIER : L’auteur qui murmure à l’oreille des lectricesLa boîte à outils par Gérard Besnier
Publié par Editions François BOURIN le 24 janvier 2019
Genre: Litterature française
Pages: 352
Format: Livre papier
Lu par : Ciena
five-stars
Amazon

Lorsque Nicolas Dedacin Amoraus quitte précocement les bancs de l'école, son père le félicité : le voilà digne d'hériter de la noble boîte à outils familiale ! Et le jeune héros d'emporter fièrement ce berceau, ce "cercueil' comme disent les ouvriers, dans la campagne normande des années 1970 où fleurissent des utopies de travail "alternatif"...
Nicolas s'apprête donc soigner son apprentissage auprès de bons gars biberonnés au travail vrai ! A moins que ces autoproclamés professionnels de génie ne soient que de doux dingues, plus enclins à refaire le monde par les mots que par les actes ? Jugez vous-même : un mécano donneur de leçons, un "menuisier" roublard, un ouvrier agricole au patois incompréhensible, un séminariste illuminé... Sans parler de ces jeunes femmes au féminisme intransigeant !
De rencontres hasardeuses en catastrophes, les tribulations de Nicolas dessinent un étonnant parcours initiatique, déjanté et émouvant. Et pour tracer sa propre route, peut-être devra-t'il se détourner du testament qu'il avait accepté.

Avez-vous déjà connu une personne si fragile et innocente que vous ne pouvez pas vous empêcher de la protéger ?

En plus ces gens sont si aimables, si délicats qu’on ne peut que leur pardonner leurs maladresses n’est-ce pas ?

Pourtant au fond de son cœur, on sent que quelque chose cloche, que derrière ce masque d’innocence se cache un (ou une) manipulateur (trice) féroce.

Avant même qu’on le réalise, on est sous leur coupe. Nos pensées et nos actions seront totalement dirigées.
Au début on se dit que c’est notre imagination et puis le malaise augmente jusqu’à ce qu’on n’en puisse plus et rompe tout contact (avec en général pertes et fracas). Continue reading « La boîte à outils de Gérard BESNIER : L’auteur qui murmure à l’oreille des lectrices »

Après le silence de Didier CASTINO : Un conflit psychologique entre père et fils

Après le silence de Didier CASTINO : Un conflit psychologique entre père et filsAprès le silence par Didier CASTINO
Publié par Liana Levi le 20/08/2015
Genre: Litterature française, Litterature francophone
Pages: 221
Format: Livre papier
Lu par : Ciena
one-star
Amazon

Dans un monologue adressé au plus jeune de ses trois fils, Louis Catella se raconte. L'usine d'abord, omniprésente : les Fonderies et Aciéries du Midi où il entre à 16 ans, s'épuise dans la fournaise des pièces à produire, mène la lutte syndicale en 68 pour que triomphent les idéaux de la Gauche. Le chef de famille charismatique ensuite : l'amour de Rose, la 2 CV bleu glacier sur la route des vacances, l'éducation des fils, les cours d'orthographe à 40 ans pour passer enfin le certificat d'études... Mais l'autobiographie qui se met en place est pipée. En juillet 74, Louis Catella meurt au travail, écrasé sous un moule de plusieurs tonnes. Et pourtant le monologue impossible se poursuit, retraçant les étapes du deuil infini, le passage à l'âge adulte de ce fils qui n'avait que 7 ans au moment du drame. Pour lui, la figure paternelle est une mythologie façonnée par les souvenirs et les mots des autres, une rengaine unanimement élogieuse que l'on ressasse pour tromper le silence. Derrière la parole de Louis, apparaît peu à peu l'imposture du fils et un autre parcours. Celui d'un intellectuel plutôt bourgeois, cherchant la vérité, tiraillé entre le désir d'échapper à l'encombrant fantôme paternel et la peur de trahir. Ce roman bouleversant, composé dans une langue virtuose et entêtante, associe la chronique de la France ouvrière des années 60-70 et le récit intime de l'absence, de la mauvaise conscience, la fierté et la honte mêlées des origines prolétaires.

border

Je viens du monde ouvrier. J’aurais dû aimé et bien non, pas du tout. Continue reading « Après le silence de Didier CASTINO : Un conflit psychologique entre père et fils »