Archives de tags | cancer

La carte du souvenir et de l’espoir de Jennifer Zaynab Joukhadar : voyage parallèle

La carte du souvenir et de l’espoir de Jennifer Zaynab Joukhadar : voyage parallèleLa carte du souvenir et de l'espoir par Jennifer Zeynab Joukhadar
Publié par Les escales éditions le 18 octobre 2018
Genre: Litterature étrangère
Pages: 400
Format: Livre papier
Lu par : Aurore
five-stars
Amazon

Dans la lignée des Cerfs-volants de Kaboul, le destin d'une famille en quête de paix et de liberté entrelacé à celui des flamboyants cartographes du XIIe siècle. Une épopée bouleversante.
Été 2011. Lorsque le père de Nour est emporté par un cancer, sa mère décide qu'il est temps pour elle et ses filles de quitter New York et de rejoindre leur famille en Syrie. Heureusement, Nour a trouvé un moyen de rester toujours près de son père : au pied du figuier, dans son jardin de Homs, elle murmure les mots de leur conte préféré, dans l'espoir qu'ils parviennent jusqu'à l'endroit où il est enterré. Cette histoire qu'elle ne cesse de se répéter, c'est celle de Rawiya, une jeune fille du XIIe siècle qui se travestit pour devenir l'apprenti du plus illustre cartographe médiéval, al-Idrisi.
Mais bientôt, la guerre éclate en Syrie et les bombes pleuvent sur Homs. Pour Nour et sa famille, un choix s'impose : rester affronter la violence ou s'enfuir et traverser les sept mêmes pays du Moyen-Orient et d'Afrique du Nord qu'ont sillonnés, neuf cents ans plus tôt, les cartographes que Nour admire tant. Et c'est dans la merveilleuse histoire de Rawiya que Nour va puiser force et courage.
La Carte du souvenir et de l'espoir est un roman d'une beauté à couper le souffle qui illumine l'histoire d'un pays dans la tourmente ; un conte sur la résilience humaine et la puissance des récits.

Un mot de l'auteur
Jennifer Zeynab Joukhadar est une auteure américano-syrienne. Elle a été chercheuse scientifique avant de changer de carrière et de se consacrer exclusivement à l'écriture. Ses nouvelles ont été remarquées par la critique. La Carte du souvenir et de l'espoir est son premier roman.

NDLR : Compte tenu du sujet du livre et ne voulant pas être partiale par « émotivité », j’en ai transmis la lecture à Aurore. Il faut être honnête, pour quelqu’un qui n’est pas familier avec le sujet, la critique de ce livre peut être ardue. Je trouve qu’elle s’en est bien sortie. Et vous ? 

—————————-

Des événements personnels m’ont obligés à lire ce livre lentement, par petites touches. Ce n’est pas mon habitude mais pour ce cas particulier ce ne fut pas une mauvaise chose. Je présente d’ailleurs mes excuses à l’éditeur pour avoir mis autant de temps à le lire et à écrire ma petite chronique.

En effet, la lenteur de ma lecture m’a permis d’apprécier toute la poésie et toute la tristesse du récit, de ce témoignage/fiction, qui aurait pu être vrai et qui l’a certainement été en partie pour d’autres victimes de cette guerre ou d’une autre.

La première chose qui m’a frappée à la réception de ce livre, c’est la couverture. Le choix de la représentation d’une carte ancienne, aux couleurs sobres et chargées de détails, est une réussite. C’est tout à fait le genre de couverture qui aurait pu m’attirer dans une librairie.

Le style alterne l’histoire de Nour en 2011, chassée de la Syrie lorsqu’une bombe réduit sa maison en cendres, et l’histoire de Rawiya qui a voyagé dans les mêmes pays au XIIème siècle. On suit leurs périples en parallèle, leurs malheurs mais aussi leurs petits bonheurs, ou du moins, leurs raisons de vivre et de s’accrocher. J’ai toujours eu un petit faible pour ce style de récit, avec 2 époques en parallèle. Ici, le lien entre les 2 n’est pas toujours évident, mais il reste bien maîtrisé. Mon intérêt s’est quand même beaucoup plus porté sur l’histoire de Nour, peut-être parce qu’elle une résonance beaucoup plus d’actualité et que ça m’a plus touché.

Pour les mêmes raisons, du côté de l’histoire et des personnages, je me suis beaucoup plus rapprochée de Nour que de Rawiya. Du côté de Rawiya, j’ai souvent confondu les personnages, ce qui entraîne aussi une compréhension de l’histoire plus compliquée. Pour Nour, j’ai mis un certain temps quand même à repérer tous les personnages, mais une fois que ce fut bien installé dans mon cerveau, je me suis totalement laissée embarquer dans son voyage forcé. J’avoue aussi qu’il y a toujours cette barrière culturelle que j’essaie de passer quand je le peux, pour m’adapter aux consonances arabes (j’ai le même problème avec les polars suédois…)

En résumé, malgré quelques petits défauts sans importance, je lui offre avec quand plaisir les 5 étoiles, en grande partie parce que l’auteure a réussi à m’émouvoir du début à la fin. Je garde ce livre précieusement et le relirai plus tard, cette fois d’une seule traite, car je pense avoir loupé beaucoup de subtilités.

Au jardin des fugitifs de Ceridwen Dovey : une désagréable sensation de tenir la chandelle.

Au jardin des fugitifs de Ceridwen Dovey : une désagréable sensation de tenir la chandelle.Au jardin des fugitifs par Ceridwen Dovey
Publié par Editions Heloise d'Ormesson le 24 janvier 2019
Genre: Litterature étrangère
Pages: 382
Lu par : Ciena
two-stars
Amazon

Au crépuscule de sa vie, Royce, mécène richissime, veut renouer avec Vita, sa protégée d'autrefois. Contre toute attente, elle accepte de rompre un lourd silence de vingt ans... à condition de suivre les règles du jeu.
Des ruines de Pompéi à l'effervescence du Cap, les fantômes du passé mènent la danse de ce pas de deux, où chacun délivre les secrets enfouis qui les ont condamnés à la solitude.
Au jardin des fugitifs explore les cavités souterraines du désir et de la culpabilité avec une grâce et une subtilité magistrales. Entres les lignes de cette liaison dangereuse, Ceridwen Dovey nous interpelle : notre vie est-elle le récit que l'on s'en fait ?

Du même auteur : Animals

Je l’avoue, j’avais hâte.

Après le délicieusement profond et humoristique « Animals » je n’avais qu’une hâte, celle de replonger dans l’écriture de Ceridwen Dovey.

« Au jardin des fugitifs » est (contrairement à « Animals » qui était un recueil de nouvelles) un roman. Continuer la lecture

Venus de Jérémie Lahousse : Notre Bridget Jones

Venus de Jérémie Lahousse : Notre Bridget JonesVenus par Jérémie Lahousse
Publié par Auto-édité le 21 janvier 2016
Genre: Romance
Format: Livre papier
Lu par : Ciena

four-stars




Décidément Jacqueline n’a pas de chance ! Elle se
fait renvoyer de son travail et abandonner par son
compagnon, et ce n’est pas la première fois.
Un beau matin, elle reçoit une lettre dans laquelle

se trouvent des analyses sanguines et un post-it.
Elle aurait peut-être un cancer.
Les tests cliniques confirment cette hypothèse et
le médecin annonce à Jacqueline la couleur : ses
prochains mois seront rythmés par des traitements
de choc.
La situation est délicate, mais la femme a du
courage et décide de lutter de toutes ses forces
contre ce monstre invisible qu’elle croit être la
conséquence de blessures de son passé.
Dans son malheur elle a de la chance : lors de sa
première cure, elle rencontre un jeune chirurgien
avec lequel elle noue des liens très particuliers.

J’ai une faiblesse pour les livres « feel good » avec beaucoup d’humour, trop rares à mon goût en librairie. Aussi quand j’ai lu le résumé de « Venus » sur simplement.pro e que ça parlait de cancer, je me suis un peu inquiétée. Continuer la lecture

Dieu me déteste de Hollis SEAMON : une leçon de vie

Dieu me déteste de Hollis SEAMON : une leçon de vieDieu me déteste par Hollis SEAMON
Publié par 10/18 le 7 mai 2015
Genre: Litterature française
Pages: 240
Format: Ebook
Lu par : Laetitia

four-stars




Amazon

New York, hôpital Hilltop. Richard Casey aura bientôt 18 ans.Comme tous les adolescents, il voudrait faire la fête, draguer, s’envoyer en l’air, tomber amoureux, danser, fumer, boire, et tout recommencer. La différence, c’est que Richard sait qu’il ne fêtera jamais ses 19 ans. il est un peu plus pressé que les autres et pour vivre fort, il lui faut déjouer les pièges de tous ceux qui préféreraient le voir vivre un peu plus longtemps. Heureusement, Richard a de la ressource, du courage et un solide sens de l’humour. Alors il va ruer dans les brancards. Et si Dieu le déteste, il est prêt à rendre coup pour coup. Vous n’êtes pas près d’oublier Richard Casey, comment il mena une révolution contre le corps médical, se glissa dans les draps de la jolie fille de la 302, réussit une évasion périlleuse avec la complicité d’un oncle dysfonctionnel, évita de tomber sous les coups d’un père vengeur, et joua finalement son destin au poker, dans un des plus beaux bluffs jamais montés contre le sort.Hollis Seamon vit à New York où elle enseigne l’anglais. Pendant des années, elle a arpenté les couloirs d’un hôpital pour rendre visite à son propre fils. Fascinée par le monde qu’elle y a découvert et les adolescents qu’elle y a rencontrés, elle a un jour décidé de rendre hommage à leur fougue et leur panache.

Un ado en phase terminale d’un cancer.

Sujet ô combien réaliste, ô combien délicat, la narration peut vite sombrer dans le pathos, et le lecteur sombrer dans la déprime avec de tels sujets. Continuer la lecture